Malt Olbren | Maisons intérieures d’écritures | sommaire général

pour la 1ère fois, une tentative de traduction française des fameuses "maisons intérieures d’écriture", 31 portraits d’écrivains américains contemporains


Malt Olbren | Maisons intérieures d’écriture | sommaire général


- 1, Il vivrait seul désormais...
- 2, Quelques-uns d’entre vous reconnaîtront...
- 3, J’aime cet appartement parce qu’il a deux vues...
- 4, Quand j’étais venu le voir...
- 5, Il m’avait prêté son appartement...
- 6, Nous marchions (Broadway South...
- 7, Écrire c’est face mer...
- 8, Combien elle en compte, notre Amérique...
- 9, Ils vivaient à deux...
- 10, Elle me dit qu’elle rêvait...
- 11, « À Montauk on est loin de tout...
- 12, « La littérature n’exige pas d’être faite par des gens en ruine...
- 13, Être attentif à ce qui se passe au profond...
- 14, « Qu’on en a assez, du folklore de l’écrivain américain...
- 15, « Le tout c’est la régularité...
- 16, Je l’avais reconnu alors que j’étais...
- 17, Une ville dure pour ses vieux...
- 18, Ça m’a toujours interloqué cette boutique avec rien à vendre ...
- 19, « Je ne suis pas un écrivain...
- 20, « La maison d’écriture, vue du dehors...
- 21, N’avoir de maison que de maison rêvée, m’écrivait-il...
- 22, « Je porte en moi un couloir...
- 23, La dernière fois que je l’ai vu...
- 24, « Je cherche ce qui ne va pas...
- 25, « Trouver un endroit où s’installer...
- 26, Dans toute ville des trous remontent...
- 27, Les deux qui écrivent ensemble
- 30, Celui qui a publié un libre avec très gros succès il y a longtemps mais n’arrive plus
- 31, Celle qui est beaucoup à la clinique
- Épilogue : celui qui dit que tout ça va disparaître.

Les 4 derniers en préparation et révsion.

 

Maltonius Olbren (9 avril 1948 – 30 novembre 2004) est reconnu aujourd’hui comme des grands écrivains contemporains américains, alors même que ses livres sont de plus en plus difficiles à se procurer. Des écrivains majeurs comme Rick Bass ou Nicholson Baker l’ont reconnu comme une influence décisive.

Il semble qu’Olbren ait surtout payé son engagement de première heure pour la littérature avec ordinateur, et ses expérimentations narratives liées à une perception aiguë de la bascule en instance.

On sait que les problèmes de la succession Olbren ont à la fois bloqué depuis son décès la réédition des livres, et provoqué la mise sous séquestre de son site Internet, ainsi que des nombreuses traces dispersées de ses travaux. Le réglement de cette succession via la constitution des Olbren Archive, début 2011, va enfin remettre en circulation l’oeuvre imprimée et les expériences virtuelles. publie.net est le premier éditeur non US à avoir obtenu concession des droits Olbren, que nous représenterons pour l’ensemble des langues européennes.

C’est pourquoi nous comptons proposer sur publie.net l’oeuvre narrative et autobiographique complète les sept inclassables laissés par Olbren, en commençant bien sûr par son texte posthume mais le plus connu, les Inside Houses (2005), écrit alors que déjà la maladie le rongeait, et qu’on peut donc percevoir comme son oeuvre testamentaire.

On donnera à mesure des publications quelques éléments biographiques et témoignages sur cet auteur éminemment singulier, auquel il est temps de redonner la place qui lui est due.

Le bruit fait en son temps par les Inside Houses, dont le titre est le premier défi de traduction, tenant à ce que chaque micro-récit (lire Nicholson Baker et les autres sur le concept de micro story chez Olbren) était effectivement basé sur lieu d’habitation d’une personnalité connue ou pas de la littérature, voire d’écrivains parfaitement anonymes, aux États-Unis mais pas seulement, selon le concept de geographical perturbation qui lui importait tant, et a pris pour nous-mêmes depuis lors une telle effectivité.

Chaque texte sera accompagné ici d’une des « photographies repeintes sur verre, éclairées et rephotographiées » de la dernière période de Malt Olbren.

Voir aussi ses Fictions du corps (The body fiction), extrait de la liasse Pour en finir avec une humanité joyeuse, traduction en cours, à mesure de l’établissement du texte américain.

FB


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne 17 décembre 2011 et dernière modification le 16 novembre 2013
merci aux 2685 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page