atelier d’été 2015, paré au lancement...

l’idée d’un roman monolithe pour explorer le fantastique


chers amis,

certains attendent tellement qu’on lance notre expérience d’atelier été, que j’ai déjà reçu un texte avant même de suggérer une consigne !

j’ai un peu présumé de mes forces, avec le départ pour 40 jours dans les archives Lovecraft, et beaucoup de choses à terminer ou mettre en ordre

ma première proposition, et l’idée générale du cycle, sont prêts, mais encore du travail avant de l’envoyer

je vous demande donc de m’accorder encore un petit 48h, et il y aura le pitch symbolique de la mettre en ligne Angell Street, la rue même où est né Lovecraft

l’idée serait bien d’approcher le récit fantastique

et pour cela fabriquer en commun un livre, un seul livre fait de toutes les voix, où on s’appropriera progressivement les thèmes et techniques, et confiance que ce chemin nous transportera progressivement dans le fantastique lui-même

j’y reviendrai en vous transmettant, donc d’ici 48h, ma première proposition : l’idée serait que chaque contribution, tout au long de l’été, se fasse sous la forme d’un paragraphe monobloc (ce qui n’empêche ni les incises, ni les dialogues) et qu’on se tienne chacun, à chaque envoi, dans une longueur qui ne brise pas le rythme de lecture et de passage d’une voix à l’autre

ce sera la première fois que j’explorerai, de mon côté, cette idée d’un livre collectif

à samedi matin donc si tout va bien, ensuite ça suivra !

 

atelier d’été : un livre collectif, vers le fantastique


Écrire en ligne ?

Un défi : le meilleur de l’atelier c’est dans le partage oral, dans la contrainte commune du temps, dans le moment de restitution partagée. Comment inventer des formes qui restituent cette densité à distance, et d’écran à écran ?

Ces deux derniers étés, nous l’avons tenté. Il y a deux ans de façon relativement classique, une suite de consignes pour la progression narrative, à partir du livre de Marguerite Duras, L’été 80, et l’ouverture d’un blog dédié (ouvrez.fr, n’existe plus) où chacun pouvait ouvrir sa page, découvrir et commenter les textes des autres. L’an dernier, j’ai tenté des propositions plus axées sur le roman, et sans assurer de façon aussi suivie la progression du blog associé.

Mais, ces deux étés, tellement apprécié les échanges, les retours – dans la liberté réciproquement assumée que les participants comme moi-même on est dans temps et lieux ouverts et fluctuants, et pas toujours le souhait de se coller aux e-mails.

D’autre part, mais ça c’est toute l’année, personnes qui me demandent où et quand j’aurai atelier d’écriture, mais la réponse est claire : j’ai mon studio d’écriture à l’école d’arts de Cergy, c’est très dense et c’est désormais mon principal labo d’expérimentation, difficile de rajouter d’autres initiatives, sinon ponctuelles.

Donc, au moment où arrive la grande route libre de l’été, cette envie de labo, d’écart, de dérive, et que ça se fait à plusieurs. Mais pas dans un rapport vertical, dans un échange de travaux horizontal et sans astreinte de commentaires, reprises, sinon ce qui vient sur le moment, laisser l’exploration prendre librement son territoire et ses couleurs.

L’idée serait celle-ci : en ce moment, pour moi, le travail c’est Lovecraft.

Pas question d’instrumentaliser Lovecraft pour en faire un livre de recettes d’écriture. Mais il y a son Commonplace Book, son carnet d’invention, tenu sur 15 ans avec plus de 200 idées de fiction. Il y a aussi ses textes portant directement sur l’écriture et la composition littéraire, il y a aussi sa permanente réflexion sur le fantastique et le récit.

L’idée, reprenons, serait celle-ci : pendant 2 mois, de la semaine prochaine jusqu’à début septembre, 1 fois par semaine, en tout cas au moins 8 fois sur les 2 mois, une proposition d’écriture liée au récit fantastique. En y allant progressivement, pour ne pas affronter directement les zones à vertige, mais en s’attachant à définir les territoires, les pistes, les lieux narratifs qui résonneraient pour tout le monde.

La forme : une page ici-même, sur ce site, pour chaque proposition, et je mets en ligne l’ensemble des textes reçus pour cette page, selon le rythme et l’ordre dans lequel vous les envoyez. En essayant d’abord et surtout que l’ensemble de ces voix compose chaque fois, pour chacun des chapitres, un récit en soi, un récit fait de toutes les voix, densifiant et multipliant l’imaginaire et l’aspiration à intervenir, développer.

On fabrique ainsi un roman en huit chapitres, chacun de ces chapitres étant un monolithe constitué de l’ensemble des voix.

Nouveauté pour moi : je ne serai pas à domicile avec mes bouquins habituels, mais à Providence, dans la ville même de Lovecraft, et donc accès plutôt aux bouquins des rayons writers help du creative writing à l’américaine, et ça devrait influer aussi les chemins pris.

Si vous êtes intéressés, bien sûr s’inscrire à la lettre d’info du site. Si vous êtes déjà abonné [1], pas de problème, il y aura à chaque nouvelle proposition une lettre d’info (cette liste abonnés s’est créée justement pour le premier atelier d’été, il y a 2 ans), et toutes les ressources d’appui seront dans les pages réservées habituelles. Si vous souhaitez recevoir la lettre, accéder aux documents complémentaires et transmettre vos interventions, merci de nous rejoindre, c’est tout simple !

Encore une fois, je ne le conçois pas comme une expérience directive, mais comme une exploration commune, là où probablement on ne s’est pas encore suffisamment risqué, et qui est pourtant le lieu le plus vertigineux de la littérature.

Rendez-vous le mercredi 1er juillet pour une première mise en ligne ?

[1Si étudiants EnsaPC intéressés bienvenue et accès libre, suffit de me dire.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne 25 juin 2015 et dernière modification le 1er juillet 2015
merci aux 1345 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page