fictions du corps | Notes sur l’exercice dit du retourné

pour en finir avec la vie joyeuse, 30


sommaire général _ précédent _ suivant

 

 

Un des exercices qui avait le plus contribué à la réputation de ce fameux prestidigitateur était dit l’exercice du retourné. Lui seul le pratiquait.

Seul sur scène, sans accessoire, lentement et à la vue de tous – pas d’artifice possible – il retournait son corps sur lui-même, le dedans dehors et le dehors dedans.

Il commençait par les membres, puis le ventre, s’arrêtait un instant, la tête à cet instant parfaitement normale encore. Puis les yeux s’enfonçaient, le nez, les oreilles, la bouche et la peau s’effaçaient, et apparaissaient la cervelle, les artères, veines et trachée, au lieu de bouche un grand trou sombre qui parlait encore.

Le silence de la salle était chaque fois impressionnant.

Un homme comme les autres était devant vous, mais retourné, sauf cette tête vaguement monstrueuse, si nous n’étions pas si familiers de ces écorchés, plastinifiés et autres représentations anatomiques : mais celle-ci vivait.

Puis des yeux surgissaient à nouveau de ce monde gris et mousseux, puis des cheveux, enfin – comme recrachée – la bouche. Il disait que, vu la difficulté, l’exercice ne pouvait pas durer longtemps.

L’homme semblait un instant vidé, ou alors un peu triste, comme d’avoir vu de si belles choses en son dedans, et qu’elles avaient disparu, qu’il lui fallait se réhabituer aux autres, au présent, à nous en somme.

Quand on lui demandait comment il avait pu inventer et apprendre une telle prouesse, il répondait que ce n’était pas si compliqué. Qu’il s’était beaucoup entraîné avec une simple boîte en bois, un genre de cube étroit auquel aurait manqué une paroi (il disait, ce qui n’expliquait rien : imaginez les huit coins six faces d’un livre, mais vous auriez laissé un trou, et tout le langage pourrait s’y perdre). Dans toutes les positions de l’étroite boîte en bois (il préparait à l’époque un autre exercice), pratiquer le dehors dedans, le dedans dehors, jusqu’à l’exhaustion et l’oubli de soi-même.

Il disait : « À tel point de l’oubli de soi-même quant aux catégories du dedans et du dehors, on peut enlever la boîte, et continuer avec le corps seulement. Retourné. »


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 1er février 2014
merci aux 400 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page