13.09.13 | avions à voyager debout

des propositions étonnantes pour simplifier le transport aérien – source : Le Figaro


série science remix : le sommaire, ou au hasard :
13.09.18 | échappée vers la rivière perdue

1 _ COMPRESSION

De la façon dont on en parlait, ça allait vite venir : oui, il fallait quand même s’attacher. Mais des planches de cette sorte, on en avait des modèles disponibles depuis le Moyen-Âge. L’avantage étant bien sûr l’augmentation du taux de voyageurs embarqués par rapport à la surface disponible. Et on pouvait toujours vous montrer un film (avec publicités) au-dessus de vos têtes pour vous faire passer le temps. C’était de toute façon réservé aux vols courts, un saut de puce et hop, au travail. On pouvait aller se reposer en passant quelques minutes aux toilettes (assises) mais ce serait payant aussi.

 

2 _ RENVERSE

L’autre idée, pour maintenir la sécurité dans l’avion, serait de vous attacher en bloc, un peu comme dans le métro aux heures de pointe, bien calés – au choix groupe hommes, groupe femmes, groupe couples. L’autre idée, plus rationnelle, et comme on avait fait des trains ou des hôtels sur ce principe, de diviser la hauteur carlingue par des étagères un peu comme pour les bagages (de toute façon on se passait de bagages), où voyager accroupi était malgré tout supportable. En fait, de même qu’on affirmait dans les Centres de recherche que les avions sans pilote seraient désormais plus sûrs, compte tenu de l’accroissement de fréquentation du ciel et des aéroports, l’idée de prendre directement en salle d’attente les groupes de voyageur, les attacher ensemble et les propulser à distance devenait de plus en plus réaliste.

 

3 _ SOURCE

source

LES MOTS-CLÉS :

françois bon © Tiers Livre Éditeur, tous droits réservés
1ère mise en ligne et dernière modification le 13 septembre 2013
merci aux 105 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page