Bron, Bron, Bron les livres

passage à la fête du livre de Bron


inventaire de ma valise pour venir à Lyon

un ordinateur, son adaptateur secteur, un téléphone portable, un appareil photonumérique, un câble USB, une clé USB, un tube vitamines

pour lire demain à la fête du livre de Bron :

carte son Tascam US122, 2 micros Sennheiser 441, 1 boucleur Boss RC20, câbles XLR et liaison USB, adaptateur secteur et multiprise

pour dormir à l’hôtel :

sous-vêtements de rechange (peu), brosse à dents (j’oublie souvent mais là non)

pour le train :

carte de réduction, casque Sennheiser repliable

et jamais pu m’empêcher d’emporter un livre : Jean Rolin, reportages 1980-2005 reçu hier, plus Gilles Deleuze, Proust et les signes, à relire pour le cours Beaux-Arts à Paris mardi

dans mon bureau j’ai 3 sacs différents : un pour les déplacements de journée avec ordi mais sans matériel, un pour les déplacements de journée avec ordi et livres, et cette valise à compartiments pour déplacements avec matériel

à la fête du livre de Bron ce samedi 9 mars 2006 :

j’ai écouté Maryline Desbiolles et Cécile Wajsbrot lire et dialoguer avec Martine Laval de Télérama

j’avais auparavant déjeuné avec Dominique Fabre et Pierre Autin-Grenier et tout était simple et aisé

sur scène ils continuent leurs histoires, et avec Pascal Jourdana, qui anime, on a un copain commun

j’ai écouté Marie Nimier lire un texte sur la danse assise dos à dos avec son violoncelliste

je me suis promené dans le hall où j’étais accueilli par la librairie des Nouveautés, mais saluant aussi les amis de la librairie Passages

Brigitte Giraud, organisatrice, court dans tous les sens mais grâce à elle c’est la première fois que j’entre dans un hippodrome

Valère Novarina est une montagne - Valère a lu L’Espace Furieux, puis Lumières du corps et a récité du La Fontaine

(pencher la tête : juste ce timbre-poste quicktime pour cette gestuelle du souffle, uniquement propre à Valère et qui d’année en année devient une nouvelle leçon, plus dense, intense, et si simple aussi)

AUTOSTART=true MASTERSOUND WIDTH=176 HEIGHT=152>

au même endroit, mais à la nuit tombée, j’avais 8 minutes pour mettre en place mes petits branchements électroniques avant de lire 40 minutes de tumulte et ensuite on a discuté avec les gens encore une bonne demi-heure

puis Thierry Guichard m’a posé une question à laquelle je n’ai rien compris mais une autre à laquelle j’ai pu répondre

Valère Novarina est une sculpture (qui respire)


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 11 mars 2006
merci aux 3260 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page