Gallica, petits plaisirs : le savant Cosinus

à la va-vite, une petite excursion web (et le meilleur moyen de s’en souvenir)


Merci à l’équipe Gallica de nous proposer chaque jour un de ses trésors via son adresse twitter @GallicaBNF.

Ainsi, ce jour, possibilité de feuilleter à la fois le Petit Français illustré, journal des écoliers et des écolières, mais pour ceux de ma génération leur propre mémoire, avec Pancrace Eusèbe Zéphyrin Brioché, dit le savant Cosinus. Il en avait de la chance, Marcel Proust, d’avoir Christophe comme prof de maths.

Sans compter, flash sérieux, qu’on mesure à quel point l’idée de la lecture, abonnement, séquençage, agrégation de thèmes, diffusion populaire, n’a coïncidé avec l’idée du livre que depuis l’essor du livre de poche – et que c’est tout cela que nous avons à revisiter en concevant nos sites comme temps lecture...

Illusion ? Qu’on lise, toujours dans le Petit Français illustré du haut de la page en lien, 1898/11/26, cette réflexion sur La fin du cheval : Chaque véhicule eût eu un moteur mécanique au lieu d’une paire de chevaux. Le retour des choses d’ici-bas est, là encore à considérer : l’homme rêve de voitures à vapeur et il aboutit à un colossal réseau de chemins de fer...

Et sur iPad ça coule tout seul (voir récemment emmener la BNF au lit).


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne 28 octobre 2010 et dernière modification le 25 mars 2011
merci aux 1831 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page