Norwich en son tunnel

comment parler des livres sur le web ? William H. Gass chez Norwitch


« Quel calme. Les lumières ont déserté le bâtiment – comme je devrais le faire – et les couloirs vont joindre leurs échos aux miens. »

 

Je ne sais pas si les déplacements les plus décisifs dans la mutation actuelle, où le livre portait tout de notre imaginaire, de notre temps d’écart et de lecture dense, n’ont pas leur marque dans des épiphénomènes très discrets.

Ainsi, de l’ancienne distinction, que nécessitaient la séparation des supports, et les curseurs de temps différents pour le livre, le magazine, la presse, entre critique et fiction. Distinction qui s’annulait dans les Correspondances ou les Journaux d’écrivains.

Bien sûr, retrouvant la table et la connexion permanente, je passe voir le site Norwich, né d’une lecture de Sebald. Page aujourd’hui consacrée à William H. Gasse : digression, écarts, images, nous ne sommes pas dans la critique, encore moins dans la médiation qui mènerait seulement à acheter le livre. Non, mais simplement l’exercice de la littérature, où écrire est le premier outil pour entrer dans la lecture.

Dans cette page, un peu de ce qui nous rassemble tous, côté blogs, malgré ce bruit très parasite de lieux communs : nous on sait bien reconnaître les bonnes adresses, celles où s’annule la distinction avec le livre.

C’est ici : Par la fenêtre : Le Tunnel, de William H. Gass.

LES MOTS-CLÉS :

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 31 août 2010
merci aux 407 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page