#40jours #13 | Tarkos #2, d’une couleur

au défi d’un exercice quotidien d’écriture pendant 40 jours


 

 

 abonné·e·s : accès direct sur Patreon avec documents d’appui –- et note à l’ensemble des inscrits : merci prévenir si compte auteur pas mis en place sur le WordPress, ou présence dans sommaire auteurs etc, ou si souhait lettre d’info parallèle au message Patreon ;

 inscriptions ouvertes : via le Patreon (niveau 3, atelier) ou directement via la librairie du site ;

 l’inscription est nécessaire pour : accès privilégié aux propositions, aux documents complémentaires et fiches ressources, accès à la plateforme de publication collective et aux Zooms hebdo et leurs archives — on peut s’inscrire à tout moment, mais... ne tardez pas trop !

 lire les contributions à l’exercice et publier la vôtre.

 retour sommaire général de la série ;

 

#40 jours #13 | Tarkos #2, d’une couleur


Un exercice dont l’impulsion s’est faite progressivement à mesure que s’écrivaient, dans l’atelier, les textes de la proposition sols glissants, en tout cas ceux qui étaient accompagnés d’images : des géométries, des matières, des présences qui ressortissaient de ce qu’on savait des couleurs primaires, nommables, celles de l’arc-en-ciel et de leurs variantes...

Souvenir de cet étudiant qui, à l’école d’arts Cergy, avait constitué un « tumblr » (il avait développé « une ferme de tumblrs ») rassemblant et accumulant des tonalités différentes de couleurs, et cela passait les mille...

C’est moins la question de la « couleur » que le côté indissociable de leurs arrangements, complémentarités, et surtout comment cela s’entremêle aux matières, aux rugosités, épaisseurs, travail du temps.

Ce qui nous entoure au plus près, et nous agrippe par sa « couleur », comment alors en faire texte ? Sur le mot « rouge » et son utilisation artistique, Kenneth Goldsmith a écrit tout un chapitre de son Uncreative writing (L’écriture sans écriture, JBE 2018, ma traduction), c’est comme ça que j’ai découvert Henri Chopin et qu’on en avait déjà fait proposition d’écriture.

C’est alors, rouvrant pour ce cycle le récent Kilo de Tarkos, que je suis tombé sur ces deux pages. Bien sûr, tâche urgente (fichier joint ou dossier abonné), les lire.

Parce que ? Parce que le titre : une couleur. Ce qui est saisi dans le présent, dans la matière même de sa présence, définit sa propre couleur, à l’exclusion de tout le reste. C’est cela, cela exactement, dont nous avons à nous saisir à notre tour pour l’exprimer par le langage, et que le langage reconstitue cette « couleur ».

Prenez le temps de chercher votre point de départ, ne vous hâtez pas. Maintenant on va aussi travailler sur les stratégies d’écriture, sur développer la longueur, sur ce qui se passe mentalement quand à l’intérieur de soi on va chercher cet élément matériel et précis qui va servir de fondation au surgissement (qui, lui, peut être très rapide — et heureusement, parce que sinon un atelier basé sur écriture quotidienne n’aurait pas sens).

Alors bonnes écritures, place à Tarkos, et ce que vous en ferez.

 


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 22 juin 2022
merci aux 151 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page