H.P. Lovecraft | L’ombre qui prit Innsmouth, §201

un récit essentiel de H.P. Lovecraft, en présentation bilingue


présentation et début _ précédent _ suivant

When the view of the water again opened out — this time on my right — I was half-determined not to look at it at all. I could not, however, resist ; but cast a sidelong glance as I carefully and imitatively shambled toward the protecting shadows ahead. There was no ship visible, as I had half expected there would be. Instead, the first thing which caught my eye was a small rowboat pulling in toward the abandoned wharves and laden with some bulky, tarpaulin-covered object. Its rowers, though distantly and indistinctly seen, were of an especially repellent aspect. Several swimmers were still discernible ; while on the far black reef I could see a faint, steady glow unlike the winking beacon visible before, and of a curious colour which I could not precisely identify. Above the slant roofs ahead and to the right there loomed the tall cupola of the Gilman House, but it was completely dark. The fishy odour, dispelled for a moment by some merciful breeze, now closed in again with maddening intensity.


Quand la mer s’offrit de nouveau à ma vue – cette fois sur la droite – j’étais quasi déterminé à ne pas la regarder du tout. Et pourtant comment résister ; mais juste par un regard de côté tout en imitant soigneusement cette démarche chaloupante pour rejoindre l’ombre protectrice. Il n’y avait aucun bateau de visible, comme j’espérais à demi que ce soit le cas. Au lieu de cela, la première chose qui frappa mon regard fut un canot frayant son chemin parmi les quais abandonnés et les magasins, et transportant une sorte d’objet volumineux emballé dans un prélart. Les rameurs, même à distance et indistinctement, étaient d’un aspect répugnant. On discernait encore plusieurs nageurs ; tandis que sur le récif noir au loin je remarquai une lueur faible mais insistante, différente du fanal clignotant de tout à l’heure, et d’une couleur curieuse, que je n’aurais pu identifier précisément. Au-dessus des toits pointus entremêlés sur la droite, se dessinait la haute coupole surmontant la Gilman House, mais elle était totalement sombre. L’odeur de poisson, dispersée un instant par une brise compatissante, maintenant se rapprochait avec une intensité à en devenir fou.

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 1er janvier 2018
merci aux 86 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page