non, Ronald, non

édition, poésie, numérique : rencontre avec Yves Prié


Non, cher Ronald, on ne va pas recommencer l’histoire à 10 ans d’écart ? Je venais de commencer mon premier site perso, les messages de Ronald Klapka venaient de Saint-Brieuc et visaient juste. Et à travailler ensemble, on fondait en septembre 2000, il y a pile 10 ans, l’association remue.net. Puis balancier pour moi en 2005, retrouver espace plus expérimental, tandis que remue.net prenait son élan dans d’autres directions riches et multiples (et j’en suis toujours !). Il y a un an exactement, aussi (dans ces vides de départ en vacances, pour cela que je m’en souviens), Ronald Klapka revenait au web en construisant sa Lettre de la Magdelaine, à partir de sa missive d’information régulière. Passez voir l’invention de la Magdelaine, les liens rassemblés dans les notes, le système de mots-clés auteurs/éditeurs, et l’exigence de lecteur évidemment. Pour exemple récent, ce dossier-ressource sur Hélène Cixous...

Alors non, cher Ronald, on ne va pas recommencer comme il y a 10 ans, et ce soir je reçois de sa part un lien vers un blog. Moi, ne pas connaître un blog ? Bon, ça va, celui-ci n’a que deux billets.

Il s’agit d’une vidéo de 9 minutes. On y voit Yves Prié, poète, éditeur, dans son atelier, avec son plomb, ses casses, sa rotative. Surtout, on l’entend parler, tranquillement, de la rapidité et de la lenteur, de la chance qu’est pour la poésie sa rareté. Et comme il évoque René Rougerie, disparu au printemps, c’est aussi une mise en perspective du rapport auteur/éditeur.

Ce qu’édite et imprime Yves Prié ? consulter le site des éditions Folle Avoine (il est notamment l’éditeur de Heather Dohollau).

Donc, tout simplement, une vidéo importante. Et bonne route au blogueur, Henri Huchon, qui héberge ce nouveau blog sur Mediapart.

Et merci Ronald, quand même !


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 18 juillet 2010
merci aux 739 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page