le web comme poésie

rencontre avec Karl Dubost, des "Carnets de la Grange"


Hommage immérité à mon égard ce matin chez Karl Dubost.

Comment je n’aurais pas posé de questions, quand cela fait des années que je découvre avec curiosité ce site entre langage, image, et parfois aperçus radicaux sur la technique du web ? Un site (fondé début 1998, le mien fin 1997) qui justement – il y en a d’autres et d’autres – affirme une non-géographie radicale, puisque la grange originale est en Normandie, mais que le Japon et sa culture en imprègne si souvent les pages, et qu’au plus élémentaire c’est le livre et où il vous emmène qui est le seul territoire.

Mais je ne savais pas qu’il avait commencé son chemin par des études d’astrophysique, des travaux sur les étoiles dites malléables (ou je me trompe ?), et rien de tout ça n’est contradictoire.

Suivre en particulier cette série en cours, à mesure de sa lecture (et le Verdier jaune tout corné dans son sac, avec le carnet Moleskine) de L’éloge des voyages insensés de Vassili Golovanov...

Donc, dans ces deux jours de Montréal, Salon du livre, ce moment assez étrange où on se trouve ensemble avec des personnes dont l’Internet vous a permis de découvrir le laboratoire, de fréquenter l’imaginaire au plus près. Michel Dumais ne ressemble pas du tout (j’ai l’explication, mais il la donnera lui-même) à son "avatar" des années 50, et Karl Dubost une rencontre qui de suite rejoint les arpenteurs de mémoire qu’on porte en dedans de soi (et j’ai ainsi Beckett, Koltès, Arvo Pärt).

Je crois que pour nous c’est ici, le centre de la question, bien plus que les questions touchant au livre ou à l’édition : ce que nous apprenons par le web comme chemin même d’expression et travail. Et la conscience de toucher là une part essentielle de l’origine ou la fondation même des arts qui ont construit notre être sensible, notre être au monde si Heidegger me le permet. Alors tout cela balbutiant, peu importe. Comme sans doute nous sommes avant tout curieux, pour soi-même et les autres, de la configuration qui naît progressivement, et nous place sur des chemins ou des usages différents.

Ainsi donc, à nouveau je vous incite à la suivie et l’exploration de la grange et ses carnets. Et qu’il n’y a pas de hasard : lorsqu’on s’est familiarisé avec un site pareil, la personne qu’on découvre en arrière, même dans le timide échange de la foire alimentaire au sous-sol des buildings, est en harmonie profonde avec ce qu’intuitivement on savait...

Et merci donc à Michel Dumais d’avoir provoqué cet échange, qu’on peut écouter en ligne. Si temps cet après-midi, je rajouterai extraits vidéos ci-dessous.

Karl Dubost et Michel Dumais
Karl Dubost et "Robert ne veut pas lire"

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 22 novembre 2009
merci aux 1234 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page