Jules Michelet | La mer, en accès libre

la bibliothèque publie.net se complète


L’extrême rapidité des voyages en chemin de fer est une chose antimédicale. Aller, comme on fait, en vingt heures, de Paris à la Méditerranée, en traversant d’heure en heure des climats si différents, c’est la chose la plus imprudente pour une personne nerveuse. Elle arrive ivre à Marseille, pleine d’agitation, de vertige. – Quand madame de Sévigné mettait un mois pour aller de Bretagne en Provence, elle franchissait peu à peu et par degrés ménagés la violente opposition de ces deux climats. Elle passait insensiblement de la zone maritime de l’ouest dans celle de l’est, dans le climat tout terrestre de Bourgogne. Puis, cheminant lentement sur le haut du Rhône en Dauphiné, elle affrontait avec moins de peine les grands vents, Valence, Avignon. Enfin, se reposant à Aix, dans la Provence intérieure, hors du Rhône et hors des côtes, elle s’y faisait Provençale de poitrine, de respiration. Alors, seulement alors, elle approchait de la mer.
Dans La mer de Jules Michelet, dont on propose édition numérique sur publie.net, domaine public. Faites-le savoir !


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 25 mai 2008
merci aux 1259 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page