< Tiers Livre, le journal images : 2012.08.22 | la photographie disperse le feu

2012.08.22 | la photographie disperse le feu

Il faut absolument que je fasse des progrès en photographie, ai-je décidé. Mais je connais les contraintes : l’appareil compact doit rester réglé sur automatique, sinon c’est pas de jeu. Donc c’est dans la tête : que j’arrête une bonne fois de me dire que la photographie doit représenter le paysage ou l’objet ou le sujet mieux que je le vois. Penser que l’appareil prend la photo de la même façon que je regarde à travers mes yeux flous à tache : depuis l’arrière de ma tête. Donc, en photographiant plus exactement l’image mentale qui me détermine l’envie de photographier, photographier ce que je vois dans ma tête, et pas ce que je devrais voir si j’y voyais. Juste garder précises les géométries qui les organisent. Là ce soir, regardant depuis l’autoroute, le régulateur de la bagnole sagement piqué sur 128 (pendant 2 heures, on se serait cru entre Ottawa et Toronto), j’aperçois ce feu qui ronge les chaumes, très loin, sur l’étendue immense de la Beauce. Probablement juste pour fumage. Je crois que là j’ai effectivement photographié le dedans de ma tête, et pas le dehors du feu. Alors nouvelle question : est-ce reproductible, est-ce que cela fonctionne aussi avec les images mentales que je me forme dans le noir ?


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 22 août 2012
merci aux 640 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page