l'actu, les meilleures ventes & suggestions maison
• uniquement livres François Bon
• uniquement la collection Lovecraft
la collection de classiques rares, «Les grands singuliers»
les ateliers d'écriture et nos auteurs invités
les plus récents d'abord _ tout message ou question
 
TIERS LIVRE ÉDITEUR, CATALOGUE GÉNÉRAL       
001 | François Bon | Dialogue avec ta mort
Dans les danses macabres d'autrefois, la Mort est un personnage réel, qui s'invite directement dans votre vie. Et pourquoi il n'en serait pas de même aujourd'hui ? S'ensuivent d'étranges dialogues, parfois joueurs ou moqueurs, mais toujours dans ce même trouble de l'inconnu qui vous attend. Le premier livre ici, pour se roder : un collector !
• commandes US/QC & autres monde
• compléments sur le site
002 | Herman Melville | Bartleby
Le bref et fascinant récit qui a fait basculer la littérature. Traduction François Bon.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
003 | Ambrose Bierce | Histoires de fantômes
Maisons hantées, disparitions inexpliquées, retour des morts ou comment très aimablement tuer ses parents, par un grand maître de la littérature américaine, considérable influence de Lovecraft. Traduction François Bon, et suivi du Club des Parenticides.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
004 | François Bon | Conversations avec Keith Richards
L'art, la folie, les limites, la vie. Quatorze conversations fictives avec la légende ultime du rock'n roll.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
005 | François Bon | Notes sur Balzac
Adolescent, suite à une contrariété familiale, j'emporte un Balzac complet en vacances, et n'en ressors plus de presque un demi-siècle. Et pourtant, quelles maladresses, et combien de choses qui nous heurtent. Qu'est-ce qui fait qu'on lit et relit toujours Balzac, et que ce que nous en disent Proust, Gracq ou Blanchot a autant d'actualité?
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
006 | François Bon | Au buffet de la gare d'Angoulême
« Il paraît que c'est souvent. – Souvent quoi ? – Les suicides.» C'est fréquent en France: le train sert à se suicider. On vit tous ça plusieurs fois par an: le train est bloqué en gare 2 heures ou 4 heures. Alors s'ensuivent des échanges imprévus, de l'entraide ou des menaces, petite révélation de soi-même parce que le quotidien bascule.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
007 | François Bon | Le deuxième livre est toujours le plus difficile à écrire
Ecrit à la Villa Médicis en 1984-1985, et initialement publié aux éditions de Minuit, «Limite» est mon deuxième livre, avant l'arrivée de l'ordinateur. Alors, 30 ans après, je me décide à le recopier intégralement, et de tenir en même temps le registre des pensées qui viennent, ou de ce qui surgit quant aux sources, à la vie de l'époque. «Le deuxième livre est toujours le plus difficile à écrire»: c'est ce que disait Jérôme Lindon, le directeur des éditions de Minuit. Sous ce titre, voici enfin réédité «Limite», accompagné du feuilleton de sa transcription numérique. L'auteur alors qui devient le 5ème personnage, au milieu des 4 autres.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
008 | François Bon | Outils du roman
Depuis combien d'années, à chaque voyage aux USA, je regarde les nouveautés au rayon Writer's Help ? Les techniques du creative writing à l'américaine, je m'en sers avec mes étudiants. Mais chez eux c'est une si longue histoire... Alors j'ai voulu rédiger mes propres exercices pour jouer avec le roman, et j'ai inventé Malt Olbren. Qui donc s'en serait aperçu ?
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
009 | François Bon | Peur & Formes d'une guerre
Des textes écrits à même la peau de la ville, à Québec, Montréal ou dans le bus qui les relie. Des textes parce qu'on est perdu. Mais qu'on a envie d'écrire pour les dire, sur la scène ou dans la rue. S'atteler à nos angoisses, ou ce que Baudelaire nommait «horizon noir». Y trouver sa liberté, son champ d'expérimentation, son dialogue tout dedans ouvert – un atelier mené en particulier avec le violoniste Dominique Pifarély.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
010 | H.P. Lovecraft | Commonplace Book, le carnet d'invention de Lovecraft.
Edition bilingue, exclusivité Tiers Livre.De 1919 à 1934, dans un carnet qu'il a cousu lui-même, Lovecraft note plus de 200 idées de fiction. Livre culte parmi les lovecraftiens, véritable mine pour l'imaginaire, le «Commonplace Book» (selon la tradition anglaise, les idées qu'on note pour être réutilisées) est ici présenté en édition bilingue, dans une version établie directement d'après les manuscrits originaux.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
011 | François Bon | Dehors est la ville (essai sur Edward Hopper)
Hopper est maintenant une icône de l'art contemporain. Il est l'emblème de la peinture de la ville, et on ne compte plus les films ou pièces de théâtre qui reproduisent à l'envi son «Nighthawks» dans leurs décors. Pourtant, ce peintre immense, de son vivant, a surtout gagné sa vie comme graphiste, pour des publicités ou des affiches. La ville où elle se fait et se défait. Carrefours, station-service, tunnel de chemin de fer. Et c'est notre esthétique de la ville qui nous saute à la figure. Mais il a d'autres tours dans son sac : le cinéma fait partie de notre époque, il en constitue les mythes. Pour aimer Hopper, l'aimer complètement, laissons ceux qui en font une psychologie de la désolation. Il est un peintre de la géométrie, des cinétiques, des séries. Il a inventé notre vocabulaire de la ville.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
012 | François Bon | John Doe, et autres récits avec mort
C'est un article dans la presse locale: à la fête foraine, dans une des baraques d'épouvante, alors qu'on voulait repeindre le pendu accroché dans le virage, on découvre qu'il s'agit d'un vrai mort... Ou bien, dans la ville suivante où vous habitez, encore dans la presse locale, un mort qui explose, à l'heure du déjeuner, dans le crematorium où on se débarrasse de ceux qui "ont fait don de leur corps à la science". Ou bien, ou bien... Une ressemblance, un soir, dans les couloirs d'un théâtre – et vous vous souvenez que la personne que vous avez cru reconnaître est morte... Qui d'entre nous ne porte pas, dans le fond de la tête et des angoisses, des histoires avec mort ?
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
013 | H.P. Lovecraft | Rêves dans la maison de la sorcière
Un des grands récits classiques de H.P. Lovecraft, où un étudiant en mathématiques, féru de réalité multi-dimensionnelle, retrouve les traditions de vieille sorcellerie de la mythique Arkham.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
014 | H.P. Lovecraft | Lui/He, édition bilingue
Le 6 août 1925, après une nuit blanche à marcher dans Manhattan, puis prendre le premier ferry pour Staten Island, Lovecraft achète un carnet à 10 cents, s'assoit dans un parc et écrit d'un trait cette vision hallucinée du futur de New York. Texte charnière avant son retour à Providence, une explication décisive avec la modernité. Et un des sommets de sa prose poétique et hantée, ici en version bilingue, avec une large introduction.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
015 | H.P. Lovecraft | La peur en embuscade
En 1922, cherchant sa voie, le futur fondateur du magazine Weird Tales lance un magazine de détective (Home Brew). Alors ne pas être surpris qu'en acceptant les contraintes du genre Lovecraft le fasse à sa manière. Et c'est suivi d'un récit d'horreur typique de la même période, Les rats dans les murs.
• commandes US/QC & autres monde
• compléments sur le site
016 | François Bon | Un fait divers
Un entrefilet dans la presse quotidienne régionale, il y a plus de vingt ans. Une tragédie brève et violente, comme la misère du réel et des villes en livre chaque semaine. Seulement voilà: la rue et la maison où cela s'est passé, quelques années plus tôt j'y ai vécu. Et cette traversée de la France en Mobylette, toute une nuit, c'est aussi des lieux et routes qui font partie de mon univers. Les années ont passé, mais l'entrefilet continue de te hanter. Cette jeune victime, placée là au coeur de cette violence stérile et aveugle, impardonnable, ça aurait pu être toi-même. Avec une préface inédite sur l'écriture du livre, initialement paru aux éditions de Minuit en 1994. FB
• commandes US/QC & autres monde
• compléments sur le site
017 | François Bon | Contemporains
Où les chapitres s'intitulent Pierre Bergounioux, Pierre Michon, Jean Echenoz et plein plein d'autres.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
018 | François Bon | C'était toute une vie
Lodève, dans ses montagnes à la terre rouge, cette année-là, je mène un atelier d'écriture avec des gens au chômage, dont Myriam C. Puis quand je reviens en septembre, une lettre à mon attention, glissée sous la porte de la bibliothèque: «Écris mon histoire». Le livre est initialement paru chez Verdier en 1996.
• commandes US/QC & autres monde
• compléments sur le site
019 | Gustave Le Rouge | La vallée du désespoir
«C’était de l’équilibrisme et de la prestidigitation. Ce jongleur était un très grand poète anti-poétique, et je donne la prose et les vers de Stéphane Mallarmé pour, notamment, une de ses plaquettes éphémères intitulée “100 recettes pour accommoder les restes” qui se vendait cinq sols, petit traité domestique à l’usage des banlieusards, précis d’ingéniosité utilitaire, parfait manuel du système « D » et, en outre, le plus exquis recueil de poèmes en prose de la littérature française.» Voilà comment Baise Cendrars présente Gustave Le Rouge. Il est temps de redécouvrir ce grand prosateur, capable d'inventer depuis sa chambre parisienne tout un déferlement de mondes et d'aventures.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
020| Gustave Le Rouge | Le sous-marin de Jules Verne
«C’était de l’équilibrisme et de la prestidigitation. Ce jongleur était un très grand poète anti-poétique, et je donne la prose et les vers de Stéphane Mallarmé pour, notamment, une de ses plaquettes éphémères intitulée “100 recettes pour accommoder les restes” qui se vendait cinq sols, petit traité domestique à l’usage des banlieusards, précis d’ingéniosité utilitaire, parfait manuel du système « D » et, en outre, le plus exquis recueil de poèmes en prose de la littérature française.» Voilà comment Baise Cendrars présente Gustave Le Rouge. Il est temps de redécouvrir ce grand prosateur, capable d'inventer depuis sa chambre parisienne tout un déferlement de mondes et d'aventures.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
021 | Gustave Le Rouge | Le prisonnier de la planète Mars
«C’était de l’équilibrisme et de la prestidigitation. Ce jongleur était un très grand poète anti-poétique, et je donne la prose et les vers de Stéphane Mallarmé pour, notamment, une de ses plaquettes éphémères intitulée “100 recettes pour accommoder les restes” qui se vendait cinq sols, petit traité domestique à l’usage des banlieusards, précis d’ingéniosité utilitaire, parfait manuel du système « D » et, en outre, le plus exquis recueil de poèmes en prose de la littérature française.» Voilà comment Baise Cendrars présente Gustave Le Rouge. Il est temps de redécouvrir ce grand prosateur, capable d'inventer depuis sa chambre parisienne tout un déferlement de mondes et d'aventures.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
022| Jules Lermina | Histoires incroyables
Socialiste, proche de Victor Hugo, auteur d'un «ABC de l'anarchisme», Jules Lermina (1839-1915) est un auteur fantastique fasciné par Edgar Poe et E.T.A. Hoffmann. Il se saisit de la grande vague d'occultisme de la toute fin de son siècle pour des contes fantastiques frisant en permanence avec l'horreur, jouant avec les morts et la peur. Mais c'est l'équilibre et l'allant du récit, la qualité de la phrase, qui impose qu'on l'emmène avec nous sur les chemins du présent.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
023| Jules Lermina | La deux fois morte
Socialiste, proche de Victor Hugo, auteur d'un «ABC de l'anarchisme», Jules Lermina (1839-1915) est un auteur fantastique fasciné par Edgar Poe et E.T.A. Hoffmann. Il se saisit de la grande vague d'occultisme de la toute fin de son siècle pour des contes fantastiques frisant en permanence avec l'horreur, jouant avec les morts et la peur. Mais c'est l'équilibre et l'allant du récit, la qualité de la phrase, qui impose qu'on l'emmène avec nous sur les chemins du présent.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
024| Gustave Blanqui | L'éternité par les astres
Dans ce fort oblong et tout lisse, le fort du Taureau, posé au milieu de la baie de Morlaix, l’isolement absolu, la mutité hostile des militaires, et les heures de promenade sur la terrasse de pierre, où rien à voir que le ciel. Alors c’est du ciel qu’il parle, Blanqui. De l’infinité des astres, et de la non-limite de l’univers. On peut, comme il dit « milliarder à l’infini ». Alors, quelque part, à force de dupliquer, trouvera-t-on une planète à la semblance de la nôtre, et, à dupliquer encore, peut-être que dans l’une d’elles la Révolution aurait réussi.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
025| Jean Galmot| Quelle étrange histoire
Si Jean Galmot n’avait pas été assassiné en Guyane, en 1926, dans des conditions que l’État se refusa à révéler, dans la crainte de raviver les émeutes qui secouèrent alors la colonie, est-ce qu’il ne serait pas considéré comme un de nos grands écrivains ? Né en Dordogne, commençant sa vie par le journalisme, il s’embarque en 1906 pour les Antilles. En Guyane, il mènera la dure vie des chercheurs d’or, fera un an de prison pour une escroquerie qu’il reconnaîtra, puis tentera de s’établir commerçant d’une gomme végétale qu’il découvre, et prend la tête d’un mouvement de petits exploitants blancs contre les grandes compagnies, qui le lui feront payer par cet empoisonnement à l’arsenic, dans les geôles de Cayenne. Fasciné par cette vie aux limites, Cendrars lui consacrera dès 1939 un livre-hommage, un livre-testament : «Rhum, l’aventure de Jean Galmot», même si la célébrité de Cendrars nous pousse à l’intituler «Rhum» tout court et l’associer aux grands romans de cet auteur démiurge, oubliant celui à qui il veut rendre hommage.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
026| Félix Fénéon | Nouvelles en trois lignes
Une légende dans la littérature française: en 1905-1906, Félix Fénéon reprend au quotidien, pour le journal le Matin, des faits divers reçus de correspondants, toute la France et ses colonies. Chacun est un minuscule travail d'orfèvrerie, puisque tout doit tenir en 3 lignes. Alors ça devient à la fois un portrait cruel et surprenant d'une réalité dont nous ne sommes pas si loin, mais inaugure chaque fois un détournement souvent rempli de tendresse, en tout cas dans toutes les nuances du rire qui protège et défend, se venge. Les espions, les escrocs, les errants, les manieurs de couteau, la triste cohorte des suicidés, les femmes et les enfants souvent foulés au pied, tout cela grouille dans une fresque incessante et gigantesque. Et dire que personne jusqu'ici, pour l'intégrale de ces 1210 nouvelles en trois lignes, n'avait pensé à les doter d'un index, thèmes, métiers, animaux, lieux...
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
027 | collectif | Dans des maisons inconnues
L'été 2016, nous concluons notre cycle d'atelier d'écriture en ligne par une proposition prise à Christian Garcin. Ces explorations de «maisons inconnues» forment un monde étrange, où les contributions se renvoient de l'une à l'autre – alors nous décidons d'en faire un livre.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
028 | H.P. Lovecraft | La musique d'Erich Zann, édition bilingue
Le violon a toujours été un instrument symbole pour le passage au fantastique. Ici, c'est aussi l'image de la ville, par cette rue qu'on ne peut retrouver. Et le surgissement de la pure terreur de l'intérieur de la musique même. Publié en 1922 dans le «National Amateur», ce récit de Lovecraft a été celui qui fut le plus réimprimé de son vivant, repris aussi en 1931 dans l'anthologie de littérature fantastique de Dashiell Hammett, qui contribuera à faire reconnaître Lovecraft comme auteur de premier plan. Un des plus beaux et mystérieux textes de Lovecraft, dans la première vague de sa création, le voici pour la première fois en édition bilingue.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
029| Jean Galmot| Un mort vivait parmi nous
Si Jean Galmot n’avait pas été assassiné en Guyane, en 1926, dans des conditions que l’État se refusa à révéler, dans la crainte de raviver les émeutes qui secouèrent alors la colonie, est-ce qu’il ne serait pas considéré comme un de nos grands écrivains ? Né en Dordogne, commençant sa vie par le journalisme, il s’embarque en 1906 pour les Antilles. En Guyane, il mènera la dure vie des chercheurs d’or, fera un an de prison pour une escroquerie qu’il reconnaîtra, puis tentera de s’établir commerçant d’une gomme végétale qu’il découvre, et prend la tête d’un mouvement de petits exploitants blancs contre les grandes compagnies, qui le lui feront payer par cet empoisonnement à l’arsenic, dans les geôles de Cayenne. Fasciné par cette vie aux limites, Cendrars lui consacrera dès 1939 un livre-hommage, un livre-testament : «Rhum, l’aventure de Jean Galmot», même si la célébrité de Cendrars nous pousse à l’intituler «Rhum» tout court et l’associer aux grands romans de cet auteur démiurge, oubliant celui à qui il veut rendre hommage.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
030 | H.P. Lovecraft | Horreur à Red Hook
Et si le malaise éprouvé à ce récit, qui vous colle ensuite à la peau, ne tenait pas à cette salle souterraine sous l'église, à ces musiques entendues la nuit, à ces pratiques cultuelles secrètes, ni même à la présence de la mer, les docks de Brooklyn, la scène sur le bateau et l'horreur finale, mais bien au malaise même de Lovecraft à New York, dans sa solitude retrouvée et avant le retour à Providence, en juillet 1925 ? Nouvelle traduction plus introduction.
• commandes US/QC & autres monde
• compléments sur le site
031 | François Bon | Musiciens
Est-ce qu’il y a eu une période de la ma vie où la musique n’ait pas été l’obsession principale ? Est-ce qu’il y a une période de ma vie sans être entouré d’instruments de musiques de toute sorte, comme si passer de l’un à l’autre compensait de savoir si peu tirer de chacun ou d’un seul ? On trouvera ici, rédigés il y a des années ou bien là tout de suite, un ensemble de textes avec la musique pour objet. Ils concernent des questions autobiographiques, ou bien ils accompagnent les trois livres qui ont structuré mon parcours (Rolling Stones une biographie, Bob Dylan, une biographie et Rock’n roll, un portrait de Led Zeppelin). Les compagnons d'aujourd'hui, aussi : Kasper Toeplitz, Vincent Segal et Dominique Pifarély, ou bien Lou Reed, Björk e Sex Pistols.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
032 | Octave Mirbeau| La mort de Balzac
Comment, écrivant soi-même, on n’aurait pas un faible pour les textes d’auteurs parlant d’un auteur ? Quand Baudelaire ou Proust parlent de Balzac, ils parlent depuis leur atelier, depuis la page qu’ils écrivent pour eux. Et bien sûr nous enseignent sur notre propre atelier, notre propre page à écrire. On n’a plus aujourd’hui à se défendre d’être balzacien comme, il y a quelques décennies, on élevait Flaubert et Mallarmé à un absolu de la littérature, en laissant Balzac à son réalisme. Nous disposons désormais, quant à Balzac, d’éditions complètes fiables et documentées, d’un travail biographique exigeant (hommage à Roger Pierrot, disparu en 2015). Mais ces pages venues d’un temps encore proche d’un auteur disparu nous ramènent comme d’un coup dans un regard immédiat : ici, en particulier, ce qu’Octave Mirbeau tient directement du peintre Jean Gigoux, le compagnon élu de Madame Hanska devenue épouse Balzac, bien avant d’être veuve pour la seconde fois. Et si c’était la colère même de Mirbeau, confronté à ce désordre intime du grand écrivain, mais aussi portant un regard tout moderne sur l’économie, au sens strict, de la vie et de l’œuvre, qui lui servait d’outil optique pour cette fantastique proximité où il nous transporte ? Ce texte bref, mais radical, et le caractère exceptionnel de ce qu’il nous dévoile sur la mort de Balzac, est une condition suffisante pour nous le rendre présent, et nécessaire.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
033 | H.P. Lovecraft | Le carnet de 1933
L'été 2015, en travaillant sur les manuscrits de Lovecraft à la John Hay Library de Providence, dans la liasse du Commonplace Book s'échappe un carnet usé, à la couverture de cuir qui s'effrite. À l'intérieur, je reconnais ces textes sur l'écriture que je connais bien. Des listes, des exercices que Lovecraft s'impose à lui-même, véritables «compressions» de ses histoires fantastiques préférées, pour en prendre le noyau vivant. C'est un agenda de 1927, où il a scrupuleusement noté son numéro de téléphone, ses mensurations de faux-cols et caleçons. Si toutes ces notes ont déjà été reproduites, elles l'ont été séparément, dans des annexes ou des notes. Alors que c'était l'évidence: en 1933, dans sa plus haute période de composition, celle des plus grands récits, Lovecraft ouvre un carnet spécifiquement dédié à l'écriture, l'imagination, l'invention. C'est ce carnet que j'ai tenté, en le traduisant et l'annotant, de suivre le plus fidèlement dans sa genèse. Et c'était comme ouvrir un livre disparu, un livre inédit du plus grand explorateur des gouffres sombres de l'imaginaire.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
034 | H.P. Lovecraft | Herbert West réanimateur
Le thème dont Lovecraft va se saisir, cette fin d’année 1921, vient de très loin : le Frankenstein de Marie Shelley. Faire revenir de la mort à la vie, et exploiter toutes les harmoniques, des plus fines aux plus excessives, qu’autorise le thème – avec excursion dans l'horreur du front de la Première Guerre mondiale, et quelques scènes des plus gore de toute l'oeuvre, avec petit clin d'oeil ironique bien sûr – les lovecraftiens le savent bien! Nouvelle traduction, et introduction.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
035 | Jules Huret| Enquête sur l'évolution littéraire
Comment, en 1891, plus de 60 écrivains représentatifs de l'époque, aujourd'hui toujours nos maîtres ou parfaitement oubliés, dressent un portrait d'ensemble du rapport de l'écriture et du livre au monde qui le porte. La légendaire «Enquête» de Jules Huret, entre Symbolistes et Décadents, Mages et Parnassiens, Naturalistes et Psychologues, déshabille et met à nu les plumes de la fin de siècle, et nous amène dans le voisinage immédiat de Mallarmé, Mirbeau, Zola, Geffroy, Huysmans et bien d'autres. Une véritable leçon pour nos enthousiasmes et notre résistance d'aujourd'hui.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
036 | Michèle Dujardin | Blockhaus
«Ils dormaient, ventres de mort, fleurs de la guerre, intacts, bâtis de peur et de haine, avec des hurlements retenus dans leur intraversable compacité. Du solide : ils dureraient toujours. Et même la terre mouvante qui les avalait peu à peu, comme le montrait la déclivité douce du sol, ne les réduirait jamais en poussière ; au fond, au fil des eaux sableuses, le blockhaus glisserait inattaqué jusqu’à la fin du monde. Elle pensa, en s’asseyant sur les débris de l’ancienne tourelle, qu’ici, dans le blockhaus seulement, elle serait protégée de toutes les guerres à venir, retenue, maintenue sur terre par l’épaisseur de ces murs granuleux coulés sur les armatures de fer, et sa chute enfin, dans le vide où s’émiettent les pensées, où le corps se désassemble comme un corps de noyé serait là définitivement, miraculeusement arrêtée, stoppée net : elle serait sauvée.» Premier livre de Michèle Dujardin, «Blockhaus» a été publié aux éditions Jeanne Laffitte en 1983. Edition entièrement reprise et révisée par l'auteur.
• commandes US/QC & autres monde
• collection abadon, le site de l'auteur
037 | François Bon | Chroniques de Jean Barbin
Quand une chronique régulière, comme une incursion aux limites de soi-même, écrite, filmée et diffusée dans la nuit, donne naissance à un étrange personnage à l'intérieur de soi-même, à la fois son propre monstre et son double, et bien sûr aventure de langage.
• commandes US/QC & autres monde
compléments et vidéos sur le site
038 | collectif | On ne pense jamais assez aux escaliers
«On ne pense pas assez aux escaliers. «Rien n’était plus beau dans les maisons anciennes que les escaliers. Rien n’est plus laid, plus froid, plus hostile, plus mesquin, dans les immeubles d’aujourd’hui. «On devrait apprendre à vivre davantage dans les escaliers. Mais comment ? Voici une des plus mystérieuses propositions de Georges Perec dans «Espèces d'Espaces». Il n'en dit pas plus, laisse vierge le reste de la page. Alors nous avons décidé de nous en saisir. 89 contributions, émanant de plus de 70 auteur.e.s, pour bâtir un roman-escalier, un livre qui ne soit plus qu'un escalier continu, géant, rempli de souvenirs, de peurs et de rêves. Et, surtout, de langue poussée elle aussi à ses limites, ce qu'elle offre d'explorations et de labyrinthes. Avec une postface de François Bon.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
039 | Pierre Loti | Le livre de la pitié et de la mort
« Donc, c’est fini, tante Claire va mourir… » Loti n’est pas Chateaubriand, il ne va plus loin que ce qu’il voit. Mais voir, il sait faire. Il le sait avec le corps, avec sa sûreté d’esthète, mais avec comme un embrassement physique du monde. La réalité, et rien qu’elle : mais alors quel bonheur, quelle présence, jusque dans la plus haute dureté des choses, et des hommes qui s’y révoltent ou s’y soumettent. Rien qu’une agonie – un cœur simple, aurait dit Flaubert. Alors le temps, le silence, la maison, les gestes – mais l’immémorial des rites, et c’est notre histoire à tous. Loti nous y emmène au Japon, au Maroc, au Pays basque ou en Bretagne, deux fois à bord d’un navire de guerre, mais toujours ce même dénuement par lequel le réel est poésie. Il parlera de la mort d’un chat comme il parle de la mort des enfants (à Pen Bron, le lieu existe toujours, avec son petit cimetière aux tombes anonymes dans la dune) – mais c’est de nous qu’il parle – et c'est magnifique.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
040 | Michèle Dujardin | Soir, nuit
Si l’écriture a sa source, ça pourrait bien être là, entre chien et loup, à l’intersection indémêlable où la charge du jour nous est laissée sur les bras, avec nécessité malgré ce poids qui nous déséquilibre, de négocier au mieux l’arrivée de la nuit : tangage et vertige, sans respirer, comme une marche inconcevable sur le dos de la mer et qui dure jusqu’aux premières lumières. Espace difficile, équivoque et trompeur, toujours sous condition d’alarme et de ravissement ; et pourtant propice à un dire qui a si peu de lieux. L’occasion est furtive, à saisir, donnée toute simple par la mort des couleurs, l’effritement progressif des phrases, leur prêt-à-parler assourdi qui se délite, tombe dans le silence, et l’étourdissement léger, l’oscillation de tout l’être et l’inutilité du moment, détaché, sans emploi : reste alors un vide si on l’accueille, comme une plage. On y a froid, on y est seul. Et c’est beaucoup de sable. Mais l’inquiétude y fait lever des oiseaux que l’on n’attendait pas.
• commandes US/QC & autres monde
• collection abadon, le site de l'auteur
 
RECHERCHER       
 
on first page, (or other components) on second page.
  • Dépôt légal BNF : ISSN 2266-3010.
• tous droits de reproduction réservés © Tiers Livre Éditeur – mentions légales.