#40jours #33 | ville, inquiétude, effroi

au défi d’un exercice quotidien d’écriture pendant 40 jours


 

 abonné·e·s : accès direct sur Patreon (pas de document d’appui aujourd’hui) –- et note à l’ensemble des inscrits : merci prévenir si compte auteur pas mis en place sur le WordPress, ou présence dans sommaire auteurs etc, ou si souhait lettre d’info parallèle au message Patreon ;

 inscription permanente via le Patreon (niveau 3, atelier) (abonnement) ou via la librairie du site ;

 l’inscription est nécessaire pour : accès privilégié aux propositions, aux documents complémentaires et fiches ressources, accès à la plateforme de publication collective et aux Zooms hebdo et leurs archives ;

 lire les contributions à l’exercice et publier la vôtre.

 retour sommaire général de la série ;

 

#40 jours #33 | la ville, inquiétude, effroi


Toujours dans ce même lieu où se renversent l’ensemble des strates de réception du mental, pour repartir vers le réel sous forme de projection, puis représentation.

Peu à dire d’autre que la vidéo, elle-même brève : on n’aurait pas travaillé ici de la même façon si l’état du monde n’était pas si anxiogène.

En amont même de révolte ou colère, dénonciation ou protestation, il y a cette catégorie de l’inquiétude.

La dire. En dire les accumulations, les douleurs projetées, l’insoutenable parce qu’on en décide.

Et parfois ça va jusqu’à l’effroi.

La proposition d’un texte, monobloc ou versets, dont chaque phrase finirait en réitérant le mot inquiétude, ou le mot effroi.

Et on ajoute en un seul immense écho les contributions.

Bonnes écritures.

 


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 13 juillet 2022
merci aux 91 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page