des NFT pour les auteurs littérature, prendre les devants

pour comprendre dès maintenant les enjeux d’une technologie qui semble irréversible


Je crois que c’était un peu comme ça lors de nos premières connexions Internet en 1996, un peu comme ça lors de nos premiers essais de livres sur liseuses en 2007 : bientôt 6 ans que je vois l’importance de la « blockchain » dans les domaines financiers ou scientifiques, et depuis un an la secousse sismique qui s’en induit pour les oeuvres artistiques au format numérique...

Alors, rien à voir avec la littérature ? Mais si, justement, puisqu’il ne s’agit rien que d’un contrat. Mais d’une pichenette, si ce contrat indexé sur la blockchain remplace le contrat d’édition, il nous autorise de percevoir des droits si la maison d’édition les revend à une autre, ou bien de percevoir des droits si le livre continue son chemin dans l’occasion.

Mais les applications semblent infinies : financer un livre avec l’aide de quelques dizaines ou centaines de contributeurs, ou un seul, ou leur conférer la propriété du manuscrit — puisque après tout cette propriété, révolution considérable, ne bloque pas la diffusion commerciale ou gratuite...

Alors on fera le point régulièrement ici. Il ne s’agit pas de jouer à la loterie, mais bien de travailler, artisanalement, solidairement, à comment nous, auteurs, pouvons éventuellement vivre de notre travail : pour ceux de ma génération, la « chaîne du livre », concept désormais obsolète, nous le permettait. Depuis dix ans, le système de droits d’auteur ne le permet plus que pour un bouquet extrêmement restreints d’ouvrages consensuels.

Voici la première vidéo que j’ai faite sur ce thème :

À cette occasion, et parce que pas possible d’appréhender sans manipuler, je créais mon propre « wallet » (porte-monnaie en cryptomonnaie, ici Ethereum), et, entre OpenSea et Rarible je choisissais la seconde, notamment parce que pas à payer pour déposer, juste une commission prise par la plateforme lors des transactions, et déposais une première série de mes vidéos 1 minute (progressivement elles le seront toutes), au prix de 99 $ chaque, et 10% qui me reviennent en cas de revente.

Je compte développer les expériences : j’ai quelques tirages originaux de mes livres Minuit par exemple, ou en retirant certains titres de ma librairie Tiers Livre pour les réserver à l’achat NFT. De tout ça bien sûr, on parlera, du moins avec les personnes qui sont disposées à s’y impliquer.

On a des tas de combinaisons à tester : l’objet physique (nos livres épuisés), nos créations numériques (pourquoi pas un NFT à 100 personnes pour la possession entière de Tiers Livre, avec possibilité permanente de revendre sa part).

Pas besoin d’y revenir : pour l’instant c’est compliqué. Je n’ai créé mon petit porte-monnaie NFT que pour l’expérience. C’est dans l’intérieur du monde NFT que s’effectuent ces premiers flux de transaction, il va falloir du temps pour que s’ouvrent les écluses — seulement voilà, ça semble bien irréversible, et surtout ça semble bien une de nos conditions d’indépendance et de liberté de créer, de rester maître de notre travail. Donc pas d’urgence, et certainement pas s’y engouffrer à fond : mais, comme ç’avait été le cas pour l’Internet en 1996 ou le livre numérique en 2007, faire comme si, parce que c’est dans ces périodes de première transition qu’on en reçoit la meilleure part d’invention.

Pas de jour sans de nouveaux articles, quoique les articles intéressants (c’est-à-dire qui prennent un autre angle que les millions de dollars reçus pour un daube) soient rares : par exemple, dans Le Monde de ce jour, l’approche de l’artiste Neïl Beloufa, privilégiant les approches collectives ou coopératives. Côté auteurs, c’est (comme d’hab !) Thierry Crouzet qui a ouvert le bal, par exemple avec son expérience de nouvelle à revendre.

Contribution au débat : des années que je suis sur Twitter et réseaux le travail de Joanna Penn sur les évolutions éditoriales, le rapport des auteurs au numérique. Elle propose ce jour même un podcast d’1 heure où je me suis retrouvé à plein dans toutes ces questions.

Voici le podcast original (avec beaucoup de rires et de complicité) :

Et la page du site The Creative Penn, avec transcription texte du podcast.

On peut suivre J. Thorn, son interlocuteur, sur une autre chaîne dédiée aux mutations de l’auteur : The author life.

Grande élégance de Joanna (à noter qu’elle aussi propose un Patreon), une page de son site accompagne le podcast (diffusé sur toutes les plateformes, mais aussi sur YouTube — question qui m’importe en ce moment, utilisant de plus en plus YouTube comme mon propre canal podcast), avec transcription intégrale de l’audio. C’est cette transcription que j’ai insérée dans mon DeepL pour la transcription Fr, donc des excuses pour les approximations.

Et suivez-la sur YouTube ou Twitter, c’est un des plus solides indicateur de veille sur les mutations du métier d’auteur.

DISCLAIMER : le copyright © de cette transcription (j’insiste : automatique et algorithmique via DeepL, depuis la transcription audio -> text sur le site de Joanna, donc elle aussi automatique et algorithmique !) appartient bien sûr aux auteurs, Joanna Penn et J. Thorn.

 

Joanna Penn & J Thorn | Du potentiel créateur des NFT pour les auteurs


J. Thorn et moi sommes tous deux auteurs et passionnés par le fait d’aider les écrivains à trouver de nouvelles façons de créer, de collaborer, d’atteindre les fans et de gagner plus d’argent dans l’économie des créateurs. Nous sommes également tous deux enthousiasmés par les possibilités créatives et financières de la technologie blockchain émergente, y compris les NFT.

Dans cette discussion, nous couvrons :

 L’explication des NFT pour les personnes non techniques. Quelques métaphores qui pourraient aider.

 Pourquoi sommes-nous si enthousiastes à propos des NFT ? Quels sont les avantages pour les auteurs et autres créateurs ?

 Pourquoi la revente d’actifs numériques uniques à l’aide de contrats intelligents sur une blockchain est une perspective radicalement nouvelle pour les auteurs et le secteur de l’édition — et pourquoi elle pourrait être si intéressante pour les créateurs de longue date qui possèdent et contrôlent leur propriété intellectuelle.

 Quels sont les différents types de NFT que les auteurs pourraient utiliser - tant pour la fiction que pour la non-fiction ? Comment l’art et la musique générés par l’IA pourraient-ils jouer un rôle dans ce domaine ?

 Fractionnement des droits d’auteur et comment cela émerge dans l’industrie de la musique par le biais d’une nouvelle plateforme, Royal, dont le cofondateur est un musicien indépendant, 3LAU, et sait ce que veulent les créateurs.

 Comment nous envisageons de placer les originaux numériques uniques (NFT) aux côtés de produits physiques uniques tels que les livres reliés à la main ou la musique en vinyle, et d’autres idées sur la manière dont cela pourrait offrir aux auteurs de nombreuses possibilités de créer davantage dans leurs univers.

 Certaines des entreprises qui émergent dans l’espace NFT pour les livres et nos réflexions sur ce que nous voulons voir avant de nous engager sur une plateforme - puisque les contrats intelligents peuvent représenter un engagement à long terme.

 Des questions ouvertes sur les implications financières et fiscales des NFT que nous étudions toujours.

 Nos recommandations si vous êtes intéressé par les NFTs pour les livres et la blockchain.
[Remarque : nous ne sommes pas des professionnels de la finance ou du droit, et ceci n’est pas un conseil financier ou juridique. Juste une discussion entre auteurs enthousiastes qui apprennent en cours de route].

 

Joanna Penn : Aujourd’hui, nous parlons des NFT, et en particulier, de ce que nous voulons voir dans une plateforme pour les livres NFT qui aidera les auteurs à vendre plus de livres, à gagner plus d’argent, à fournir de la valeur aux lecteurs et à construire une communauté.

J. Thorn : Merci, Joanna. Heureux d’être de retour.

Joanna : J’avais hâte qu’on parle. Donc toi et moi parlons de ce sujet hors ligne loin du micro.

J : Oui, assez souvent.

Joanna : Je veux dire, étonnamment, nous avons en fait des conversations loin d’un micro. Les gens ne le croient peut-être pas mais nous le faisons. Commençons donc par les bases. Comment expliquerais-tu les NFT à un public non technique ?

J : Pas très bien ! Mais je viens de lire quelque chose aujourd’hui qui, je pense, l’a vraiment cristallisé pour moi.

Un NFT est une preuve de propriété. C’est tout ce que c’est. C’est un reçu. Et je pense que lorsque vous le formulez de cette façon, les choses commencent à avoir beaucoup plus de sens. Ce n’est donc pas nécessairement un objet physique. Ce n’est même pas nécessairement un objet numérique. C’est une preuve de propriété.

Joanna : Je pense que c’est une bonne façon de l’expliquer. J’en parle comme d’une boîte. Une boîte dans laquelle vous pouvez mettre des choses, et nous allons parler de certains exemples de choses que vous pouvez mettre dans la boîte.

Mais un NFT est essentiellement comme le reçu montrant que tu as accès à la boîte, et il y a ensuite toutes les différentes sortes de choses que l’on peut mettre dans une boîte. Je suppose que nous devrions également dire qu’elle est programmable d’une certaine manière. Ainsi, lorsqu’on parle d’un reçu, je pourrais penser dans mon esprit à une simple phrase qui dirait : « J’ai payé J et il a édité mon livre », ou autre chose. Et ça, c’est une phrase toute simple. Alors que les NFTs peuvent contenir, utilisons le mot, un contrat intelligent qui les rend plus programmables, n’est-ce pas ?

J : Oui. C’est un grand livre numérique immuable qui est réparti sur de nombreux ordinateurs différents. Nous allons laisser de côté les aspects très techniques.

Mais l’idée est qu’avec un NFT, à partir du moment où il est créé ou frappé et pendant toute sa durée de vie, vous pouvez savoir qui l’a possédé et quand grâce à l’adresse du portefeuille du propriétaire. Donc oui, c’est beaucoup plus détaillé qu’un reçu d’une seule ligne, et il contient l’histoire de ce NFT particulier.

Joanna : Et puis je suppose que nous devons utiliser le terme blockchain. Mais, encore une fois, comme nous le disons toujours, vous n’avez pas besoin de savoir comment fonctionne Internet pour l’utiliser. Donc vous n’avez pas besoin de connaître tous ces trucs techniques. C’est la même chose avec la blockchain.

Je pense que ce qui est le plus intéressant à ce stade, c’est que les NFT peuvent être sur différentes blockchains. Et les différentes blockchains ont différentes propriétés qui leur sont associées. Et j’ai l’impression que certaines objections aux technologies blockchain sont dues au fait que les gens n’ont entendu parler que de certaines blockchains comme Bitcoin.

J : Eh bien, je pense que du point de vue d’un auteur, je ne suis pas entièrement intéressé par le bitcoin simplement parce que le bitcoin est plus comme une valeur stockée. C’est l’équivalent numérique de l’or. Vous pouvez donc détenir de l’or, il a de la valeur et vous pouvez le vendre. Mais les gens n’utilisent pas vraiment l’or pour payer des choses. Et de la même manière, ils n’utilisent pas vraiment le bitcoin pour les transactions.

Donc je pense que pour moi, le prochain grand projet est Ethereum ou Eth. Et c’est la plus grande blockchain à l’heure actuelle en ce qui concerne les transactions, en particulier avec les NFT. Mais il y a d’autres chaînes latérales et de niveau 2. Et encore une fois, ne vous inquiétez pas de la terminologie. Mais il y a des blockchains comme Solana, Avalanche, Polkadot, et Tezos. Ce sont toutes des blockchains différentes avec des monnaies différentes qui surgissent et remplissent différentes niches dans le monde des blockchains.

Joanna : Et c’est là que certaines d’entre elles s’occupent de la question du carbone, et nous reviendrons sur le sujet de l’environnement, car je sais que certaines personnes l’ont dans la tête. Nous reviendrons donc sur ce sujet. Et ils ont aussi des frais différents pour différentes transactions. Tout cela n’est qu’une preuve de la croissance d’un nouveau secteur.

Mais soyons clairs sur ce que les NFT ne sont PAS en ce qui concerne la propriété intellectuelle.

J : Oui. Je ne sais pas si vous savez ce qui s’est passé avec le livre "Dune", mais il a été vendu aux enchères chez Christie’s, je crois. L’intention était que SpiceDAO en fasse un projet NFT.

Et leur hypothèse, erronée, était qu’ils possédaient le droit d’auteur, ou qu’ils possédaient la propriété intellectuelle pour créer des dérivés ou pour le modifier. Il y avait un excellent article sur The Next Web qui disait que cela équivaudrait à dire que vous avez acheté un jouet Jar Jar Binks et que vous avez maintenant le droit de faire un nouveau film Star Wars avec Jar Jar Binks. Cela ne fonctionne pas de cette façon.

Donc, en réalité, vous ne possédez pas la propriété intellectuelle, vous ne pouvez pas créer dedans ou dessus. Pensez-y plutôt comme à une œuvre d’art. Donc si vous allez dans une galerie et que vous achetez une peinture, vous possédez cette peinture mais vous ne possédez pas la propriété intellectuelle.

Joanna : Pour mettre cela dans la perspective d’un livre, juste à un niveau très basique, quelqu’un va dans une librairie d’occasion et il achète une copie d’occasion de votre livre. Ils possèdent donc ce livre et peuvent le revendre, mais ils ne possèdent pas la propriété intellectuelle de ce livre.

Ils ne peuvent pas le scanner, le transformer en livre Kindle, le télécharger sur Amazon et en tirer de l’argent, ou en faire un film. Donc c’est essentiellement exactement la même chose que dans le monde physique en tant que tel, s’ils avaient acheté un livre physique, et qu’ils avaient supposé qu’ils avaient le droit de faire des choses avec.

Tu as également mentionné la DAO, que nous devrions expliquer brièvement. DAO signifie organisation autonome décentralisée. Et j’y pense comme un collectif de personnes qui se réunissent et vous pouvez, encore une fois, programmer des façons de gérer une organisation. Ne nous étendons pas sur ce sujet, car je consacrerai un épisode séparé aux DAO. Je pense qu’elles sont incroyablement intéressantes d’un point de vue juridique et commercial.

Mais pour l’instant, nous allons nous en tenir aux NFT. Donc, juste pour être très clair, le droit d’auteur n’est pas assumé dans un NFT, sauf si cela est spécifié. Et bien sûr, j’ai eu quelqu’un dans l’émission l’année dernière qui a parlé des communautés d’auteurs qui essaient d’accorder le droit d’auteur au sein d’une communauté, un peu comme le monde Kindle, où l’auteur qui a écrit dans ce monde a obtenu le droit d’auteur sur son livre dans le monde, mais pas sur le monde entier. Cela a-t-il un sens ?

J : Oui, certainement. C’est une bonne façon de l’expliquer.

Joanna : J’espère donc avoir donné une vue d’ensemble aux personnes qui ne connaissent pas ce sujet. Entrons un peu plus dans les détails. Pourquoi être si enthousiaste à propos des NFT et de la blockchain pour les auteurs ? Et quels sont certains des avantages que tu peux y voir pour les années à venir ?

J : Oui. C’est un truc de fou. Je tiens à dire, tout d’abord, que nous ne sommes pas des professionnels de la fiscalité. Nous ne sommes pas des conseillers financiers. Je ne fais qu’effleurer la surface de ce qu’est le Web 3. Je suis un auteur qui s’intéresse vraiment à tout ça. Ainsi, tout ce que je vais dire n’est pas nécessairement fondé sur une tonne d’expériences ou de recherches. C’est mon expérience jusqu’à présent.

Et ce qui m’excite vraiment au plus haut niveau, c’est qu’à l’étape où j’en étais dans ma vie, au début ou au milieu des années 90, j’ai l’impression d’avoir raté l’Internet. Comme le boom de l’Internet, non ?

Si tu penses à ce qui s’est passé entre 1994 et 1999, il y a eu une explosion du Web 1, qui a commencé à se transformer en Web 2 avec les blogs et finalement le podcasting. Et j’étais complètement pris par mon travail et ma famille. Je savais ce qui se passait, mais je n’y prêtais pas vraiment attention. Je n’y participais pas. Et ça ressemble à ça, et maintenant je sens que j’ai l’opportunité de participer. Donc je pense qu’à une très grande échelle, je suis excité par cette opportunité qui n’arrive qu’une fois dans une vie.

J’ai de forts soupçons et des sentiments que le Web 3, la crypto, la blockchain, toutes les choses dont nous parlons vont radicalement transformer nos vies, que nous comprenions ou non la technologie, de la même manière qu’Internet l’a fait.

Joanna : Oui. Ceux d’entre nous qui ont la quarantaine ou la cinquantaine ont commencé à entendre parler d’Internet à la fin des années 90. Je veux dire, je n’ai pas reçu d’email avant 1995, je crois, tu sais, une adresse email.

Quand on parle de Web 1, on parle vraiment de sites statiques où on ne peut rien faire. C’était comme les Pages Jaunes en ligne (si tu te souviens des Pages Jaunes !).

Le Web 2 est l’Internet plus interactif, les blogs, les podcasts, les médias sociaux. Ce que nous vivons actuellement est en quelque sorte la phase finale du Web 2, le commerce électronique, ce genre de choses sur des sites Web plus interactifs, le créateur, le contenu, les médias sociaux, ce genre de choses.

Le Web 3, c’est ce que nous voyons avec le Metaverse, la blockchain, les technologies convergentes avec l’IA, différentes façons de faire les choses qui donneront du pouvoir à l’économie créative.

Pour les auteurs, qu’est-ce qui vous enthousiasme en particulier en termes de potentiel créatif ou commercial des NFT ?

J : Je pense que vous avez raison de dire potentiel, c’est le bon mot. Ce dont je vais parler n’est pas nécessairement quelque chose que nous pouvons commencer dès maintenant, même si la technologie est là.

Mais ce qui m’enthousiasme vraiment, en particulier les NFT pour les auteurs, c’est qu’il s’agit d’un changement de paradigme. Nous allons avoir la possibilité de vendre directement aux fans et aux lecteurs pour créer des communautés directement sans aucune sorte d’entité intermédiaire, sans place de marché. Et je sais que nous pouvons le faire maintenant dans le cadre de la vente directe, mais je pense que si tout cela vous paraît grec ou si vous ne comprenez pas de quoi nous parlons, je pense que c’est la revente numérique qui va fondamentalement changer la façon dont les auteurs vendent et font des affaires.

Avec les NFT et la façon dont vous pouvez structurer un contrat intelligent, un auteur peut être payé à la revente de n’importe quel produit, qu’il s’agisse d’un livre physique ou d’un livre numérique.

Et si tu y réfléchis, si tu vends un livre de poche et que celui qui l’a acheté le revend à une librairie d’occasion, et que quelqu’un d’autre vient acheter ce livre à la librairie d’occasion, toi, en tant qu’auteur, tu ne recevras rien. Mais imagine qu’à perpétuité tu reçoives 10% de cette revente pour toujours. Je pense que c’est juste une idée radicale qui va complètement changer la façon dont nous faisons des affaires.

Joanna : Oui. Et c’est pourquoi je pense que tant de gens n’ont pas encore compris parce que ça n’est jamais arrivé avant. Le centime n’est pas tombé.

Et l’industrie de l’édition et certaines des choses que j’ai vues en ligne de la part d’agents et d’éditeurs qui... Eh bien, je suppose que c’est une autre différence, non ?

Toi et moi (et nos auditeurs) sommes des créateurs. Nous créons la propriété intellectuelle. Nous sommes l’économie créative.

Et donc tout ce que nous mettons dans le monde avec notre nom dessus et dont nous possédons la propriété intellectuelle, nous recevons de l’argent pour une sorte de licence sur cela. Et tout cela est financé par ce que nous faisons réellement.

Alors que les gens qui travaillent dans l’industrie de l’édition, reçoivent généralement un salaire qui n’est pas lié à la licence de leur propre propriété intellectuelle. Donc j’ai l’impression que parfois les gens ne comprennent pas ça parce qu’ils ne sont pas vraiment des créateurs.

Et je suis enthousiaste pour la même raison que toi, parce que la revente s’ouvre pour la durée de vie du droit d’auteur. OK, c’est ce qui est si excitant avec un contrat intelligent programmable.

Donc, je crée un NFT maintenant et quelqu’un l’achète pour, disons, 250 $. Et, vous savez, c’est bien. Mais ce qui se passe ensuite, c’est qu’ils peuvent le revendre dans le temps et je reçois un pourcentage de cette revente. Donc, ils pourraient le vendre l’année prochaine, et peut-être parce que je suis un créateur si prolifique, la valeur a augmenté.

Alors peut-être qu’il vaut maintenant 400 $ et je reçois 10% de cette somme. Donc je reçois 40 dollars, qui atterrissent dans mon portefeuille. Et puis je fais quelque chose et je réussis à atteindre une certaine liste ou je gagne un prix, et soudain la valeur de ma propriété intellectuelle est plus importante. Alors la valeur commerciale de mes NFTs augmente aussi. Et peut-être que j’ai créé plus d’éditions limitées de certaines choses. Et donc la valeur de ma propriété intellectuelle s’étend soudainement dans ce domaine incroyable. C’est pourquoi je suis enthousiaste.

J : Oui. C’est drôle que tu aies utilisé cet exemple de gagner des prix ou d’avoir un grand succès, où je me disais, je vais probablement dire quelque chose de stupide ou me faire arrêter, et ça fera augmenter la valeur de la mienne.

Joanna : Oui, mais il y a ça, tu ne sais pas. Je veux dire, le truc marrant c’est que j’ai vraiment l’impression qu’en ce moment, c’est particulièrement la fiction.

Le modèle économique de la fiction, à l’heure actuelle, est presque brisé parce que la montée des modèles d’abonnement pour les ebooks et l’audio numérique font baisser les revenus des produits numériques de fiction. C’est une pente descendante.

Et donc oui, bien sûr, il y a l’impression à la demande. Mais de nombreux indépendants gagnent beaucoup plus avec les produits numériques de fiction, en particulier. Cela ne compte pas pour la non-fiction parce que la non-fiction est, je pense, beaucoup plus résistante. Et puis il y a les publicités, le fait que nous devons payer pour les publicités. Depuis un certain temps, je me sens frustrée de ce que notre modèle économique ne puisse pas durer une autre décennie.

Mais j’ai l’impression que c’est le pivot, qu’avec les éditions spéciales — appelons-les éditions numériques spéciales NFT — nous allons soudainement exploser et étendre les possibilités de fiction et le modèle économique de la fiction.

Même avec la collaboration. Comme toi et moi, nous devons toujours nous payer mutuellement pour divers projets. Alors que si nous avions des contrats intelligents, l’argent arriverait automatiquement sur ton compte, dans ton portefeuille. Donc ça ouvre le potentiel des collaborations et bien plus encore.

J : Tout à fait d’accord. Et je pense que cela va probablement faire le lien avec la conversation sur les NFT dans le domaine de la non-fiction. Mais je pense qu’il y a des opportunités dans le domaine de la fiction qui peuvent s’appuyer sur les habitudes et les comportements que nous avons déjà, et tirer parti de la puissance de la technologie.

Voici un exemple très rudimentaire. Disons qu’en tant qu’auteur de fiction, vous proposez un club de lecture à vos principaux lecteurs. Disons que vous vous réunissez avec 20 lecteurs et que vous organisez une réunion du club de lecture. Et ces personnes viennent parce qu’elles sont attirées par vous, elles veulent vous soutenir. Imaginez maintenant que vous vendez un NFT qui est votre place dans ce club de lecture. Et maintenant, ce siège vous appartient.

Et au fil du temps, si vous voulez le vendre à quelqu’un d’autre, vous pouvez le faire. Et comme vous l’avez mentionné, si vos actions en tant qu’auteur augmentent, ou si vous devenez plus demandé, ou si votre temps est plus limité, la valeur perçue de cette place dans le club de lecture augmente également. Ce n’est donc qu’un petit exemple de la façon dont je pense que les NFT ont le potentiel de vraiment changer la façon dont les auteurs de fiction vendent et commercialisent leurs livres.

Joanna : Bon, répondons à cette question. Donc si le NFT débloque une boîte numérique de choses, parlons de ces différentes choses. Tu viens de mentionner l’accès à un club de lecture par le biais d’un NFT. Mais dans le cas d’une idée de communauté et de masterminds basés sur la non-fiction ?

J : Oui. Je suis actuellement dans ce que j’appelle une phase bêta de NFT, où j’ai un petit sous-ensemble de personnes au sein de ma communauté d’auteurs qui... ont levé la main et dit qu’elles voulaient faire partie de ce projet. Et nous n’avons pas encore tout compris, mais nous sommes en train de nous demander comment créer ce sous-groupe, ce petit groupe qui a accès à ce service.

Un des problèmes avec les NFTs en ce moment est que le jargon et les tech bros qui parlent de ces choses utilisent un langage qui exclut la personne moyenne parce qu’elle se sent stupide, comme si elle ne savait pas de quoi elle parlait. Cela m’a toujours dérangé avec la technologie et c’est toujours le cas, mais, vous savez, ce n’est pas si compliqué.

Et avoir la capacité de créer un accès est différent d’acheter un JPEG. Donc, si vous regardez les nouvelles, toutes les nouvelles autour de, tu sais : —Quelqu’un a payé 69 millions de dollars pour ce JPEG, pourquoi feraient-ils cela ? Et un JPEG est un type de NFT. C’est probablement le plus populaire. Mais comme tu l’as mentionné, si tu le considères plus comme une boîte numérique, tu peux y mettre n’importe quoi. Par exemple, Gary Vaynerchuk fait des choses très innovantes avec ses NFT [Veefriends] qui incluent l’accès à lui-même, la participation à des événements physiques en direct, et plus encore.

Il n’y a donc aucune limite à ce que l’on peut mettre dans cette boîte numérique.

Joanna : Oui. Donc je suppose que ce dont tu parles ici, c’est l’idée d’une pièce de monnaie communautaire que toi et moi avons dans d’autres types de communautés futuristes autour de cela, et si tu achètes un de ces jetons ou un NFT qui peut représenter un billet pour quelque chose, alors il t’y donne accès.

Et je parlais à un de mes amis qui est un coach. Et il avait du mal à comprendre le potentiel de son modèle économique. Et je lui ai parlé du contrat intelligent NFT qui n’a pas besoin d’être pour la vie du droit d’auteur. Il n’a pas besoin d’être un produit. Nous allons revenir sur les produits dans une minute. Cela peut être un service, comme vous le dites, cela peut être l’accès à une communauté. Et je lui ai dit : — Eh bien, ça pourrait être l’accès à six mois de coaching. Donc quelqu’un achète le jeton à l’avance.

Mais ensuite j’ai dit : — Ce qui est génial, c’est cette fonctionnalité appelée air dropping, d’accord ? Donc tu envoies des choses spéciales à tous ceux qui détiennent un de tes jetons. Vous avez peut-être créé un fichier audio spécial qui sera envoyé à tous ceux qui détiennent votre jeton, ou vous avez peut-être commandé une œuvre d’art pour accompagner votre projet, ou vous avez peut-être simplement fait quelque chose de spécial que vous pouvez ensuite envoyer à tous ceux qui détiennent un de vos jetons.

Et nous parlions des avantages, pour le maintien à long terme de votre clientèle et la construction de votre marque, de pouvoir envoyer quelque chose du genre « Surprise, voici un extra génial pour vous », ou vous savez, une leçon sur quelque chose si c’est de la non-fiction, ou si c’est de la fiction, un chapitre bonus ou autre. Et puis ça arrive dans le porte-monnaie des gens. Je ne veux pas dire qu’il remplace l’e-mail, mais il devient un moyen d’offrir des choses surprenantes et délicieuses à un public qui a déjà investi en vous.

J : Absolument. Et comme tu l’as mentionné, il n’est pas nécessaire que ce soit quelque chose qui dure éternellement. On peut presque considérer une NFT comme un billet de concert amélioré.

Disons qu’un musicien souhaite organiser un spectacle et, comme pour Patreon ou Kickstarter, il crée plusieurs niveaux d’accès, et vous achetez le NFT pour le niveau d’accès que vous souhaitez. Et une fois que vous avez acheté ce NFT, tout le reste est contrôlé par le programme. Vous pouvez donc scanner le NFT, le vendre à quelqu’un d’autre, l’échanger, le NFT sait où vous êtes censé être, et où vous n’êtes pas. Et surtout dans un monde numérique, je peux tout à fait imaginer que les NFT ou les jetons d’une certaine sorte remplacent les logiciels d’adhésion. Si votre site d’adhésion peut lire l’adresse de votre portefeuille et sait que vous y appartenez, vous êtes admis. Vous n’avez pas besoin de mot de passe. Vous n’avez pas besoin de vous enregistrer. C’est tout automatisé, et je pense qu’il y a beaucoup de potentiel là aussi.

Joanna : Oui, absolument. Eh bien, parlons de certaines des autres choses que vous pourriez faire. Donc, vous êtes, de toute évidence, incroyablement doué pour les communautés. C’est l’un de tes superpouvoirs, et ce n’est pas l’un des miens. Et donc je suis beaucoup plus intéressé par... Je pense que même mon père est un artiste visuel. Il était sculpteur et maintenant il est graveur, et mon frère est photographe, et nous venons d’une famille plutôt axée sur les arts visuels.

Et je commence aussi à créer de l’art autour de mes univers avec des outils de génération d’IA, ce qui est un tout autre podcast ! Mais j’ai l’impression que pour moi, le modèle économique qui m’intéresse est celui que j’ai mentionné précédemment, à savoir la création de NFT d’éditions numériques limitées.

Par exemple, avec la nouvelle que je viens de publier, Blood, Sweat, and Flame, qui se déroule dans le monde du soufflage de verre. C’est juste une nouvelle, non ? Mais les idées que j’ai eues pour les NFT que j’ai pu faire autour de cette nouvelle ont ouvert le monde à d’autres choses.

Une collaboration avec un artiste, ou la création de mes propres œuvres, par exemple, ou la création d’un post-scriptum sur l’histoire de ce qui s’est passé ensuite, ou la collaboration avec un artiste verrier pour réaliser une vidéo. Il y a beaucoup de choses que je peux faire pour créer une version à tirage limité de ces livres.

Maintenant, dans mon esprit, ils sont tous individuellement différents. Je ne me vois donc faire que trois ou cinq, ou peut-être même dix NFT individuels pour chaque livre. Et ce serait comme une collection.

Donc la collection serait par livre, et chacun serait différent. Ainsi, même les superfans pourraient en acheter plus d’un parce qu’ils aiment ce que j’ai inclus. Et puis, au fil du temps, mes collections vont s’agrandir autour de la propriété intellectuelle que j’ai dans mes univers.

Et pour moi, cela me donne l’impression d’être beaucoup plus créatif parce que j’ai tellement d’idées qui deviennent soudainement viables dans cet espace. Et je connais beaucoup d’auteurs de fiction qui ont déjà commandé des œuvres d’art et des choses de ce genre qu’ils pourraient inclure dans NFT.

J : J’aimerais avoir plus d’heures dans la journée, Joanna, parce que je suis comme vous. Je peux dire honnêtement que l’engouement pour la NFT en 2021 est la seule raison pour laquelle j’ai recommencé à prendre ma guitare.

Je n’avais pas sorti ma guitare de son étui depuis des années, et j’ai commencé à voir ce qui se passait et je me suis dit : — Wow, la musique est un autre endroit formidable. Vous avez donc mentionné les arts graphiques, qui sont clairement une opportunité formidable. Et il en va de même pour les arts visuels et auditifs.

Je pense que si vous êtes un musicien et que vous avez la capacité de créer une musique originale, vous pourriez la lier à votre fiction pour différentes histoires. Et je travaille activement à l’écriture d’une musique qui, je pense, sera liée à plusieurs de mes projets. Et je n’ai pas besoin d’une grande maison de disques, je n’ai pas besoin de passer par Spotify. Ce sont des choses qui pourraient intéresser mon public, et je peux leur vendre directement. Donc je suis d’accord avec toi.

Je suis très enthousiaste. Cela a vraiment réactivé une grande partie de mon feu créatif en dehors de l’écriture et de la publication.

Joanna : Génial. Je suis très heureuse de l’entendre. J’espère que les gens qui nous écoutent peuvent entendre notre excitation. Et j’ai l’impression que nous sommes assez, disons, "matures" dans l’espace indépendant. On a fait le tour du pâté de maison plusieurs fois dans le monde indépendant.

Et je pense que cela peut devenir un peu une sorte de « Oui, je sais comment écrire un livre maintenant, je sais comment vendre un livre, je sais comment le commercialiser, et je vais juste le refaire ». Et oui, chaque livre est intéressant à sa façon. Mais il y a tellement plus de choses que nous voulons faire avec les idées. Et cela nous donne enfin une chance de le faire.

Je voudrais donc te poser une question sur un autre exemple, que tu as évoqué plus tôt, concernant les droits d’auteur sur les chansons. Maintenant, cela pourrait également s’appliquer aux livres. Alors parlons-en.

J : C’est fascinant. Et je ne suis pas surpris que cela se produise dans l’industrie musicale, car les artistes de cette industrie sont exploités depuis longtemps. Et je pense qu’ils voient le Web 3.0 comme une opportunité de récupérer certains de leurs droits, leur propriété intellectuelle et leurs revenus, très franchement.

NAS, un grand rappeur, vend des droits d’auteur sur deux de ses chansons par l’intermédiaire de NFT.

Et cela se passe sur une plateforme appelée royal.io et c’est tout nouveau. Il n’y a donc pas encore grand-chose. Mais juste pour vous donner une idée de ce qui est possible. [Il crée des jetons autour d’une chanson. Il a créé trois niveaux, l’or, le platine et le diamant. Au niveau or, qui est de 50 $, donc vous payez 50 $ et vous obtenez l’accès à son Discord et vous obtenez une sorte de ... il appelle ça un menu secret de poussin doux. Je ne sais pas ce que c’est mais ça doit avoir de la valeur.

Joanna : Ca a l’air cool !

J : Sûr. Et vous obtenez également 0,143% de propriété de ses redevances de streaming sur cette chanson. Donc quand cette chanson est jouée, vous allez partager ce revenu. Pour le niveau platine, c’est 250 $ pour l’achat. Vous avez tout ce qu’il y a dans le niveau or, plus des produits dérivés exclusifs, et vous obtenez 0,857 % des redevances de streaming. Et puis le niveau supérieur de diamant, vous obtenez tout pour l’or et le platine.

Vous bénéficiez également de deux billets de concert VIP, d’un vinyle exclusif signé, d’une conversation vidéo avec lui et de 2,14 % des redevances de streaming, et ce package coûte 5 000 $. Vous pouvez donc déjà voir comment les artistes donnent du pouvoir... non seulement à leur public, mais aussi à eux. Et je pense que c’est encore une fois, une de ces différences fondamentales.

Non seulement vous soutenez les artistes, mais vous profitez de leur succès. Tout le monde est gagnant dans cette situation.

Joanna : Il y a plusieurs choses à retenir de tout cela. Tout d’abord, vous avez un marketing intégré pour tous ceux qui achètent un jeton parce que tout le monde est incité à aller streamer NAS sur n’importe quelle plateforme.

Et bien sûr, comme nous le savons, si vous envoyez du trafic et que vous avez plus de gens qui diffusent en continu, les algorithmes l’apprécient et vous font monter en puissance. Donc, si tous les détenteurs de jetons diffusent en continu et disent à leurs amis : " Hé, diffusez du NAS ce week-end à votre fête ou autre ", vous êtes intégrés dans le marketing, ce qui est génial.

Deuxièmement, c’est, je crois, ce qu’on appelle le fractionnement où on divise essentiellement cela en micro-paiements, et c’est exactement ce dont nous avons besoin dans l’espace d’édition. Et juste pour quelque chose que les gens me demandent tout le temps, je reçois tellement d’emails, et je voulais faire ça aussi avec mon premier livre, c’est que je veux donner 10% de mes bénéfices à une association non lucrative. Comment je fais ça ?

C’est l’une de ces façons. Vous pourriez mettre dans votre contrat intelligent une fraction de 10% qui va directement dans le portefeuille numérique d’une organisation caritative s’ils en mettent un en place, c’est une autre façon de voir les choses. Mais je pense que c’est incroyable.

J’aime aussi Royal, le PDG est 3LAU ; je pense que vous prononcez son nom, Blau, 3-L-A-U. C’est lui qui m’a mis dans le bain. Il y a environ un an, je l’ai entendu parler lors d’une conférence, en ligne, évidemment, à cause de la pandémie.

Et quand il a parlé de blockchain et de musique, j’ai vu notre avenir parce que c’est un créateur, un artiste.

Et il n’est pas très connu, pour autant que je sache, dans le monde normal. Mais il s’est lancé dans la blockchain très tôt, et il s’en sort très bien. Et évidemment maintenant, ce qu’il a commencé, Royal, et cela va probablement être des milliards de dollars pour lui maintenant parce qu’il a fait l’architecture pour d’autres musiciens. Alors oui, c’est incroyable, non ?

J : Et ça l’est. Et c’est très facile de dire, « Ok, substituer un roman à une chanson », non ? Comme, nous pouvons prendre la même structure et c’est ce sur quoi je travaille en ce moment, c’est que je veux être capable de fractionner les redevances de mes livres, et je veux être capable de donner 0,5% ou 1% à des centaines, vous savez ... enfin, pas des centaines, je ne peux pas faire le calcul là. Mais je veux pouvoir fractionner et donner des pourcentages ou des parties de pourcentages des royalties aux lecteurs parce que maintenant ils sont incités, comme vous l’avez dit, à commercialiser le livre, et tout le monde est gagnant.

Lorsque le livre se vend, je gagne de l’argent et ils gagnent de l’argent. Et ça marche sur toute la ligne. Donc le fait que cette structure soit déjà en place, qu’il y ait des artistes, des créatifs qui font ça, ce n’est qu’une question de temps avant que cela ne nous arrive. Et je ne peux pas l’attendre.

Joanna : Je suis d’accord. Et c’est une autre sorte de principe du Web 3, non ? Donc vous êtes récompensé pour votre participation à une communauté. Alors que, par exemple, en ce moment, tu es sur Twitter, et je me dis : — Oh, tu sais, J. est mon ami, je veux vraiment le soutenir. Je vais tweeter ici sur son livre ou autre chose. Et puis ça aide d’une certaine manière. À l’avenir, nous pourrons nous entraider ou soutenir les créateurs que nous aimons en achetant des jetons, nous les soutenons, nous recevons également une part. C’est vraiment génial.

Il y a maintenant des réseaux sociaux sur blockchain où vous êtes récompensés pour votre participation, et vous obtenez des pièces pour ce que votre participation est. Il y a évidemment les jeux, le play to earn, je crois que ça s’appelle comme ça, où on peut jouer à des jeux sur la blockchain et gagner des pièces, et il y a des gens qui gagnent leur vie à plein temps avec ça.

Donc ce n’est plus le futur, n’est-ce pas ? C’est en quelque sorte le présent.

J : Non, ce n’est pas le cas. Et comme je ne suis pas un joueur, je ne connais pas le monde. Mais je sais que les NFTs et la tokenisation des jeux sont probablement ce qui va mettre de l’huile sur le feu.

Une fois que les grandes entreprises seront derrière cela, ou une fois qu’il y aura des indépendants qui commenceront à comprendre comment fonctionne la blockchain, parce que c’est le genre de chose qui se passe avec la monnaie traditionnelle depuis des années. Je veux dire, les enfants étaient, tu sais, dans Roblox ou Minecraft, ou peu importe comment on veut l’appeler, ils y vont pour acheter des armes numériques et des tenues numériques, et cela se produit déjà. Donc il n’y a rien à faire pour l’arrêter.

Joanna : Oui. Et nous devrions dire, vous avez mentionné là, les grandes entreprises. Je veux dire, Microsoft vient d’acheter une énorme société de jeux vidéo que vous avez couverte dans l’émission Writers, Ink, ce qui était génial. Mais j’ai également vu des articles de presse indiquant que YouTube envisage d’intégrer des NFT, Twitter envisage d’intégrer des NFT. Facebook/Meta s’intéresse aux NFT [Financial Times]. Et quand ces grandes entreprises s’y intéresseront, ce sera le moment où les choses deviendront plus courantes. Je veux dire, soyons clairs, je n’ai pas acheté de NFT. Je suis enthousiaste en tant que créateur. Il y a un créateur que j’aime beaucoup, mais son travail a déjà explosé de manière massive. Mais toi, tu en as déjà acheté. Parle-nous de cela.

J : J’ai acheté quelques NFT mais celui qui m’enthousiasme vraiment s’appelle ZIGGURAT.
Et le ZIGGURAT a été créé par Mike Shinoda de Linkin Park. Et il appelle ça une mixtape générative. Il a donc créé 8 000 ou 9 000 NFT, je crois. Et ce qu’il a fait, c’est une combinaison d’un graphique de style photo de profil et de musique. Et il a créé différentes caractéristiques, différentes variables. Donc tout, de la couleur des cheveux à la couleur des yeux en passant par les expressions faciales.

Sur la piste musicale, il y avait 10 ou 15 rythmes de batterie différents, différentes mélodies, différentes instrumentations. Il a donc créé toutes ces composantes de base, pour ainsi dire, de l’image graphique et de l’audio. Et puis il a introduit ça dans une IA. Et l’IA a alors sorti 8000 NFTs uniques. Donc, il n’y en a pas deux qui sont identiques. Maintenant, ils peuvent partager certains attributs, mais chacun d’entre eux est unique.

Et quand j’ai entendu parler de ça, j’ai juste pensé que c’était la chose la plus cool du monde. Et j’y suis allé, et le jour de sa sortie, il s’est vendu instantanément. C’est sur la blockchain Tezos. Alors j’ai fini par en acheter un sur le marché secondaire. Je pense que la première frappe, c’était l’équivalent d’environ 75 dollars. Et quand je l’ai acheté, il valait peut-être 110 $, donc ça m’a coûté un peu plus. Mais j’en ai une maintenant.

Et c’est si créatif et si unique. Et je me suis dit que si je devais me lancer dans ce domaine, je devais savoir ce que ça faisait d’être un fan, un consommateur.

J’ai donc eu cette expérience et c’était vraiment amusant. Et les gens sont fatigués de m’entendre en parler parce que je le partage partout, mais c’était un excellent exemple d’être super créatif et d’utiliser la technologie d’une manière qui n’avait pas été faite auparavant.

Joanna : Et c’est drôle parce que tu en as parlé, je me suis dit, ’Oh ouais, j’écoutais Linkin Park à l’époque, je les ai mis sur ma playlist Spotify, je revisite les années 90 quand j’écoutais ces choses’. Donc je pense que c’est vraiment intéressant. Et ce que vous avez fait là, c’est que vous êtes un fan de la musique, vous connaissez le créateur. Je veux dire, il a la reconnaissance du nom parmi certaines personnes, évidemment, mais vous êtes un fan. C’est donc un excellent exemple.

Cette idée de mixtape générative, j’ai fait un tutoriel d’une heure sur la façon de le faire ce week-end. Et c’était pour les visuels. Et je veux dire, je ne suis pas un programmeur, mais ce gars-là a vraiment fait en sorte que même si vous ne savez pas programmer, vous pouvez le faire.

Et c’est une sorte de question secondaire parce que je suis dans le travail de génération de l’IA depuis un certain temps maintenant et les mots, ainsi que les images, et tu parles de la musique là-bas, mais tu n’étais pas un grand fan de la génération d’art de l’IA il ya un an. Cela a-t-il changé ?

J : Non, pas du tout. Je savais que vous alliez me mettre sur la sellette sur ce point, j’étais préparé. C’est peut-être de la sémantique et peut-être que je dois me reprendre, mais je pense que la différence ici est que Mike n’a pas utilisé l’IA pour créer les composants, il l’a utilisée pour les assembler.

Joanna : Mais c’est ce que je fais, j’assemble. Je mets les entrées et j’assemble ce qui en sort. Donc oui, je pense que c’est une question de sémantique.

Par exemple, cela a circulé dans l’espace artistique, l’application WOMBO Dream. Rachael Herron y a mis certaines de ses photos. Téléchargez l’application ou mettez-la sur votre bureau. Et ce que je fais avec ça, c’est que je crée des nuages de mots séparément de mes romans. Et puis tu crées des images avec l’IA à partir d’une chaîne de mots. Vous entrez les mots et ça produit une image unique basée sur vos mots. Donc vos mots seront toujours différents des miens. Et, essentiellement, ils vont bientôt avoir un bouton de frappe.

J : Bien sûr.

Joanna : J’aime cette idée que je peux prendre mes mots et les transformer en art visuel. Et de la même manière, il y a évidemment maintenant la musique génératrice d’IA qui est une autre forme d’art. Donc je veux dire, c’est un sous-thème. Nous allons revenir sur ce sous-sujet, je pense. Mais c’est juste à un niveau pratique. Pour que quelqu’un puisse créer 9 000, 10 000 NFT individuels, il faut de l’aide.

J : Oui.

Joanna : Parce que j’ai dit tout à l’heure que si je fais 3, 5 ou 10 parce que je vais les fabriquer individuellement, ce qui est différent. Je peux les assembler séparément. Je n’ai pas besoin d’une IA pour m’aider à les créer. Je pense donc que les gens doivent réfléchir au type de collections qu’ils veulent faire, au type de public qu’ils recherchent. Je veux dire, vous ne feriez pas 10 000 jetons communautaires, n’est-ce pas, je suppose ?

J : Non. Et je veux dire, même en revenant à Royal, il n’y avait que... je pense qu’il n’y avait que 750 jetons au total, 760 jetons au total. Donc oui, il n’y a pas besoin d’être un crypto punks ou une collection massive pour être l’un d’entre eux. Et je pense que c’est plus ce dont tu parles.

Joanna : Oui. Et je pense, encore une fois, c’est parce que je suppose que ce que j’ai vu mon père faire en tant qu’artiste visuel. Et c’est tellement drôle. Et une de mes phrases pour cette année est « plus numérique, plus physique ».

C’est-à-dire que je veux m’intéresser à tous ces trucs numériques, mais aussi faire plus de choses physiques. J’ai suivi un cours de reliure il y a quelques années, mais je vais en suivre un autre.

Je veux aussi faire des produits physiques. Je veux faire des produits physiques en édition limitée.

Et puis sur mon site JFPenn.com, que je vais refaire plus tard cette année, il y aura une page consacrée aux éditions limitées. Et sur cette page, il y aura des éditions physiques limitées et des éditions NFT limitées. C’est ainsi que je veux éduquer les gens.

J : J’adore ça. Et je pense à la même chose avec la musique, je pense à faire les fichiers numériques, évidemment, mais peut-être un vinyle à tirage limité, ou un nombre limité de CD. Et donc dans le monde physique, ainsi que dans le monde numérique.

Joanna : Voilà. Et j’espère... que cela franchit un peu le fossé, n’est-ce pas ? Ce sont des éditions limitées. Mais également avec ces produits physiques, une fois qu’ils sont vendus, ils sont partis.

J : C’est vrai.

Joanna : Ils sont partis. Donc, vous n’obtiendrez jamais plus d’argent pour cela. Mais j’aime juste l’idée. Je pense que c’est cool. Ok, autre chose, d’autres idées ? Alors regarde, et c’est juste au dessus de nos têtes et nous n’avons même pas encore commencé. Je veux dire, vous pouvez mettre des vidéos, vous pouvez faire de l’audio, évidemment, je vais faire des scans de mes montages manuels.

J’adore l’idée de partenariat avec d’autres artistes. Dans le passé, nous avons évidemment fait des produits écrits ensemble, comme Risen Gods, mais vous pouvez faire un NFT pour un produit uniquement audio, comme une conversation privée entre Joanna Penn et J. Thorne. Il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire qui intéresseront les gens s’ils font partie de votre communauté, je suppose.

J : Absolument. Et comme nous l’avons dit avec l’ensemble du contrat intelligent, cela ne nécessite pas que nous nous occupions de la comptabilité.

Dans le contrat intelligent, nous nous mettons nous-mêmes en tant que co-créateurs et nos pourcentages, et puis à chaque fois que cela se vend, cela finit simplement dans notre portefeuille.

Joanna : Oui. Donc je suppose que nous sommes tous les deux... Je veux dire, tu es plus fortement dans l’espace de la musique, je suis probablement plus fortement dans l’espace de l’art. Mais nous observons ces communautés qui sont en avance sur nous, comme, ils sont en avance sur l’édition. Et la musique a toujours deux à cinq ans d’avance, d’après toi ?

J : C’est l’impression que ça donne.

Joanna : Donc je dirais que nous avons probablement encore au moins un an avant d’avoir une plateforme qui fonctionne pour les auteurs. Bon, parlons des plateformes. Ok. Donc tout le monde est maintenant très excité - s’ils ne se sont pas déjà éteints !

J : Les gens qui sont ici adorent ça, pourtant !

Joanna : Ils sont comme, ’Ouais, dis-nous en plus. Dites-nous en plus. Comment puis-je en faire un ? Ok, alors tenez bon, tenez vos chevaux. Nous enregistrons cet album le 26 janvier 2022. Nous allons probablement en faire un autre dans quelques mois, non ?

J : Tout ça va changer.

Joanna : Tout va changer. Mais les principes doivent rester les mêmes. Il y a donc différentes entreprises qui émergent avec différents modèles économiques pour les NFT dans l’édition.

Et je vois que certains adopteurs précoces se lancent dans l’aventure. J’ai reçu dans mon podcast des gens comme Creatokia et Bookchain. J’ai rencontré d’autres personnes. Vous avez eu des réunions avec d’autres personnes. Il y en a déjà 10 sur ma liste.

Que penses-tu des entreprises que tu mentionnes et de tout ce que tu as vu de particulièrement intéressant ?

J : Eh bien, celle que je veux mentionner, et je vais être totalement transparent et dire que je suis un modérateur sur leur serveur Discord, donc je ne suis pas rémunéré, mais je suis définitivement intéressé par ce qu’ils font, est bookcoin.com.

Parmi tous les sites de livres NFT qui apparaissent, c’est Book Coin qui m’intrigue le plus, et ce pour plusieurs raisons. Si vous allez sur bookcoin.com, je pense que leur message est clair comme de l’eau de roche, et ils essaient de se tailler un marché. Et pour l’instant, leur proposition de valeur est : "posséder une citation, un personnage ou un chapitre de votre livre préféré". Et leur première livraison aura lieu le mois prochain, en février 2022. Et ça va être le livre de Mark Manson et un best-seller du New York Times.

Joanna : Nous devrions dire que c’est L’art subtil de ne pas donner un F***, dont je suis sûre que tout le monde a entendu parler. C’était l’un des premiers à utiliser ce langage dans un titre de livre, et ensuite tout le monde l’a fait.

J : Oui. Et c’était massif et c’est un succès massif. Mark Manson vient de finir de travailler avec Will Smith sur un mémoire. Mais quoi qu’il en soit, les gars de Book Coin, ils ont la collection Alan Watts et Alan Watts qui arrive après la parution de Mark Manson.

Joanna : Je ne sais pas qui c’est.

J : Oui. C’est une sorte de philosophe du XXe siècle, je pense que c’est la meilleure façon de le décrire. Mais je pense que ce que Book Coin fait, c’est qu’ils commencent avec la reconnaissance du nom. Ils commencent avec des auteurs que tout le monde connaît pour combler ce fossé.

Et je pense que c’est une approche que j’aime beaucoup parce que tant qu’ils n’ont pas une plateforme qui est mature et développée, et sur laquelle les lecteurs se sentent à l’aise, les indépendants ou les auto-éditeurs n’ont aucun espoir d’être découverts. Je suis donc très intéressé par Book Coin. Et comme je l’ai dit, je travaille pour eux en tant que modérateur parce que je crois vraiment en ce qu’ils font. Et la première livraison est prévue pour le mois prochain. Donc je pense que les choses vont commencer à rouler assez vite là-bas.

Joanna : Ok, c’est intéressant. Maintenant, Creatokia, que j’ai eu sur le podcast dans l’épisode 583, j’ai discuté avec eux de certaines choses et ils travaillent avec une grande partie de l’industrie de l’édition. C’est une société allemande très connue pour son travail dans le domaine de l’audio numérique et des ebooks en Europe.

Ce qui est intéressant avec Creatokia, c’est que leur société est Bookwire et qu’ils ont une réputation dans le secteur de l’édition. Ils sont également allemands et l’UE a des règles concernant les crypto-monnaies, les finances, les impôts, je veux dire, l’UE a des règles beaucoup plus strictes. Donc, la raison pour laquelle je m’intéresse à eux, c’est parce que je sens qu’ils vont le faire de la bonne manière.

Nous ne pouvons pas nous lancer là-dedans parce que nous ne savons pas nous-mêmes, nous avons beaucoup de questions.

Quelles sont les implications financières ? Qu’est-ce que c’est pour les impôts ? Est-ce que c’est un produit ? Est-ce un service ? Est-ce que c’est un actif ? Comment fonctionne l’impôt sur la première vente ? Comment fonctionne-t-elle lors de la revente ?

Il y a des choses que nous ne savons pas encore, c’est pourquoi je me retiens un peu. Creatokia étudie donc toutes ces questions.

J’ai également reçu Bookchain l’année dernière, Simon-Pierre Marion dans l’épisode 538, ils viennent du Canada. Ils sont sur la blockchain Ethereum et ils s’intéressent plus à l’infrastructure, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas vraiment une place de marché. Et puis il y en a d’autres que nous regardons tous les deux. Je mettrai une liste dans les notes d’émission de cet épisode des entreprises que je connais actuellement. Et au fil du temps, il y en aura d’autres.

Je veux dire que nous en attendons un parce qu’il n’y a pas de société spécifique qui soit prête.

Lorsque je télécharge un NFT, je crée essentiellement un contrat intelligent, qui pourrait durer très longtemps. Donc, il faut que ce soit bon. Il doit être automatisé. Je dois savoir ce que cela signifie financièrement.

C’est comme signer un contrat pour la vie du droit d’auteur si c’est votre... vous savez, si vous n’avez pas limité votre NFT. C’est pourquoi j’ai quelques hésitations. Et toi ?

J : Pareil. J’avais l’intention de monnayer un NFT maintenant, mais les plateformes ne sont pas encore prêtes. Et comme vous l’avez dit, il y a trop de questions sans réponse.

J’ai un ami qui a une place de marché sur la blockchain Solana et j’ai eu une grande conversation avec lui. Mais même lui n’est toujours pas sûr de beaucoup de choses. Je pense que cela nous ramène à... Je fais une large généralisation ici, mais je vais faire une remarque. Vous avez mentionné plus tôt que nous sommes beaucoup plus intéressés en tant que créateurs parce que nous sommes ceux qui créent la propriété intellectuelle. J’ai l’impression que certaines des personnes qui construisent les marchés ou l’infrastructure ne voient pas le même risque parce qu’elles ne mettent pas leur propriété intellectuelle en jeu. Ils sont payés pour la construire.

Et dans certaines de ces conversations que j’ai eues, il y a cette sorte de "Oh, ouais, nous allons trouver une solution". Et je suis comme, "Non, nous avons besoin de comprendre cela d’abord. Comme, nous ne pouvons pas simplement mettre des choses là-bas et de le comprendre plus tard. Mais encore une fois, si vous ne risquez pas votre propre propriété intellectuelle, alors je peux comprendre pourquoi ils ont cette perspective. Donc je pense que c’est une chose générale qui me cause une certaine hésitation à l’heure actuelle.

Joanna : Vous avez tout à fait raison. Il faut que ce soit un créateur. Je veux dire, c’est pourquoi j’aime ce que 3LAU fait avec Royal parce qu’il avait comme programmé tous ces trucs pour son propre site Web autour de la possibilité de frapper directement à partir de son site Web. Et il a passé des années à faire ça en tant que créateur. Et il sait, comme avec ce fractionnement pour NAS, il sait ce que les musiciens veulent parce qu’il en est un.

C’est aussi la discussion que j’ai eue avec les gens, c’est regardez, c’est moi, vous prenez essentiellement un morceau de moi et vous allez juste dire, ’Oh, ouais, nous verrons ça plus tard’. C’est comme, ’Non, j’accorde beaucoup plus de valeur à ma propriété intellectuelle’.

Donc en janvier, février 22, nous n’avons pas l’impression qu’il y a un site qui a tout ce dont nous avons besoin pour le moment. Mais également, ne signez pas un contrat qui donne essentiellement à un éditeur « tous les formats existants maintenant, ou à créer pour la durée du droit d’auteur. »

J : Non, je n’accepterais aucune de ces clauses !

Joanna : Non, parce qu’en fait, ce dont nous parlons, c’est essentiellement un nouveau format, c’est une édition numérique limitée ou une édition spéciale. Je pense que les éditeurs vont aussi se battre sur la définition des ebooks. Mais ne signez surtout pas une clause qui vous interdit de faire cela, car on ne sait pas vraiment comment cela va se passer. Que voulons-nous d’autre dans le cadre d’une plateforme NFT pour les livres ?

J : Je pense qu’il y a un autre aspect de la question qui, à mon avis, est actuellement négligé, à savoir l’expérience du lecteur ou du collectionneur. À juste titre, la plupart de ces marchés, même ceux dont nous parlons, se concentrent sur les personnes qui s’intéressent aux crypto-monnaies et sur les collectionneurs de NFT. Mais ce n’est pas comme ça que vous allez toucher le grand public là-bas.

Et le fait que l’outil communautaire par défaut soit Discord est problématique, à mon avis. Et j’ai dit ça aux gars de Book Coin, j’ai dit, « Hey, vous savez, Discord est génial si vous voulez rassembler des collectionneurs NFT, mais votre auteur et lecteur moyen n’a aucune idée de ce qu’est Discord ». Et donc c’est une barrière là. Je pense donc que l’on ne se concentre pas assez sur l’expérience d’un lecteur par rapport à celle d’un collectionneur NFT, car je pense que ce sont deux archétypes différents.

Joanna : Je suis tout à fait d’accord. Et en fait, vous et moi avons même discuté de la question suivante : avons-nous besoin d’une place de marché spécifique aux livres ? Comme dans, pourrions-nous simplement utiliser une place de marché qui est conçue pour autre chose ?

Mais également, comme je suis allé sur OpenSea, et ils ne permettent pas un EPUB. Donc ça veut dire que vous ne pouvez pas le faire directement sur OpenSea qui est une place de marché. Mais bien que ce qui va se passer, c’est qu’il y aura inévitablement plusieurs entreprises, nous ne disons pas que l’une d’entre elles deviendra l’Amazon du Web 3, je veux dire, je suis sûr qu’ils espèrent qu’ils le seront.

Mais je pense en fait qu’il y aura de multiples places de marché comme il en existe pour l’art et la musique, et tout ce genre de choses. Mais en raison de la façon dont la blockchain est structurée, et ils nous donnent une sorte de développement cross-chain qui est en cours, vous devriez être en mesure de revendre sur d’autres marchés de toute façon, non ?

J : Absolument. Et je pense aussi que cela va au coeur de ce dont nous parlons ici. Comme OpenSea ne permet pas un EPUB, je suppose qu’ils permettent un PDF. Bien, quel lecteur acharné veut lire un PDF ? Personne, pas vrai ? Ils veulent la copie physique. Ils veulent le livre dans leur main, ou ils veulent un fichier qu’ils peuvent charger sur un appareil et lire. Lire sur un PDF est l’une des pires expériences qui soient. Et si vous ne savez pas cela, et que vous pensez, "Eh bien, nous allons faire un NFTs et nous allons livrer des PDFs," eh bien, qui en veut ?

Joanna : Oui, je suis tout à fait d’accord. Nous voulons une place de marché qui soit facile à naviguer, facile à utiliser. Je veux aussi de la flexibilité dans les termes de mon contrat intelligent.

Ce que j’ai vu lorsque je me suis plongé dans les termes et conditions de plusieurs de ces sites, j’ai jeté un coup d’œil, c’est qu’ils utilisent un contrat intelligent standard que nous avons déjà mis en place. Donc si vous cliquez sur "mint", alors il exécute juste un contrat standard avec un seul portefeuille. Donc vous ne pouvez avoir qu’un seul portefeuille pour tout votre type d’utilisateur. Et pensez à cela comme l’équivalent d’un compte PayPal, par exemple, vous ne pouvez en utiliser qu’un seul.

Alors que moi, je veux de la flexibilité sur les termes de la NFT, la durée du contrat intelligent NFT, et je veux être en mesure de diviser entre différents portefeuilles afin que nous puissions faire de la collaboration. Les gens disent : « Oh, eh bien, nous pouvons ajouter cela plus tard ». Mais le fait est que si je crée quelque chose avec un contrat intelligent, c’est tout. C’est fixé sur la blockchain et peut-être que c’est 20 ans ou quelque chose, ou la durée de vie du droit d’auteur, comme, cela le fixe dans la pierre. Et donc, comme tout autre contrat, cela signifie que je ne peux plus l’utiliser.

J : Exactement. Et c’est pourquoi nous disons que nous avons besoin de régler ça maintenant. Ce n’est pas une question d’attendre, nous le ferons plus tard. Je suis d’accord, cependant. Et je pense aussi qu’il est important de reconnaître que le truc avec Web 3 c’est que c’est décentralisé. Je ne pense pas qu’il y aura un seul site web comme Amazon pour le livre NFTS. Je pense qu’il y en aura des dizaines et qu’ils pourraient se diviser selon le genre, ils pourraient se diviser selon le style. Je ne sais pas, je suis en train de deviner. Mais je ne pense pas qu’il n’y en aura qu’un seul, ce qui rend d’autant plus important le fait d’avoir une certaine opérabilité entre les chaînes.

Parce que sinon, vous ne voulez pas vous retrouver dans une situation où, si j’utilise un exemple concret, par exemple, je ne vends ce NFT qu’en France et vous ne pouvez le payer qu’avec un euro. Et c’est tout. Si vous voulez acheter ce produit en Angleterre, vous ne pouvez pas, car il n’est disponible qu’en France. Et c’est l’analogie à laquelle je pense avec ces différentes blockchains s’il n’y a pas une sorte d’omnichaîne, ou un moyen de faire des transactions entre elles.

Joanna : Oui. Et je pense que nous devrions dire que nous sommes vraiment en train d’arriver à un point où les gens intelligents qui sont dans ce domaine sont en train de construire l’architecture de ce que cela va devenir. Donc j’ai presque l’impression que nous voyons ce que nous voulons et je m’attends absolument à ce que cela arrive.

Je me souviens, il y a des années, le Kindle est sorti en Amérique, et j’ai dit : « Hé, je veux ça. Excusez-moi, je suis en Australie. Je peux l’avoir, s’il vous plaît ? Et ils m’ont dit : — Non, nous ne faisons pas ça... Et puis ils ont ouvert le KDP aux Américains. Et encore une fois, j’ai dit : — Hé, je peux l’avoir ? Et puis pendant des années, nous n’avions pas de pré-commandes, tu t’en souviens ?

J : Oui.

Joanna : Nous n’avions pas de pré-commandes pendant peut-être six ans de ma carrière indépendante, et j’étais comme, "Je veux juste des pré-commandes, s’il vous plaît, laissez-nous avoir des pré-commandes. Quel est le problème avec ça ? Et puis finalement, nous avons eu des précommandes et. Comme, toutes ces choses arrivent. C’est juste une question de quand elles arrivent.

Donc, je pense que nous disons, nous n’allons pas attendre éternellement jusqu’à ce que tout soit réglé, mais je ne fais pas de dépôt jusqu’à ce qu’au moins le genre de finances, c’est un produit ou un actif ? C’est un peu une question de base.

J : C’est vrai. Comme, je dois être capable de répondre à mon comptable au moment des impôts. Ce sont donc des questions fondamentales auxquelles il faut répondre. Et je suis un peu déconcerté parce que je me demande si personne ne le sait ? Il y a littéralement des billions de dollars échangés en crypto, personne ne le sait ? Qu’en est-il de ces baleines qui achètent des millions de dollars de NFT ? Genre, est-ce qu’elles payent une taxe de vente, ou qui le fait ?

Joanna : Eh bien, c’est très compliqué. En fait, je lisais aujourd’hui un article sur la Suisse dans le Financial Times, parce que les gens se disent : — Oh, ça ne va jamais se généraliser. Et je réponds : — C’est la Suisse, c’est la capitale bancaire du monde. Et la Suisse est un vrai centre de crypto-monnaie. Et ils se penchent sur toutes ces questions.

Donc je pense que cela va être soit régulé, soit interdit par marché, non ? Donc je pense que nous allons voir cela par juridiction.

Mais bien sûr, ce qui est amusant, c’est que comment savoir quelle juridiction vous devez payer des impôts et quelle autre juridiction ? Mais vous ne savez pas où se trouve le porte-monnaie, et votre porte-monnaie pourrait être... vous savez, qui sait où il est.

Nous comprenons les problèmes que cela pose. Mais également, je pense que nous voyons cela dans une perspective à long terme, non ?

Je le vois vraiment comme les plus de 30 prochaines années de ma carrière. Les principes fondamentaux de ce qui va sous-tendre mon modèle d’entreprise.

J : Oui. Il y a peut-être des gens qui se bouchent les oreilles en ce moment et qui ne veulent pas entendre ça, mais c’est ce que nous allons faire dans les décennies à venir. Il va fonctionner sur cette infrastructure technologique de base, que vous le vouliez ou non.

Et je pense que nous serons tous dans une meilleure situation si nous réfléchissons et apprenons à ce sujet maintenant, au lieu de faire l’autruche et de prétendre que cela ne va pas arriver.

Joanna : Absolument. Donc, une ou deux choses que vous avez mentionnées, le serveur Discord. Maintenant, je déteste cette expression même. C’est juste terrible. Je veux dire, le mot serveur est juste incroyablement technique, alors qu’en fait, ce n’est pas comme un serveur, c’est comme un salon de discussion, n’est-ce pas vraiment ?

J : C’est comme un groupe Slack dans le sens où il y a différents canaux. Je déteste Discord. Je déteste ça. Je n’y suis que parce que c’est là que les communautés existent pour les gens de cet espace en ce moment. Et encore une fois, je ne veux pas insister sur ce point, mais l’auteur ou le lecteur moyen typique ne sait même pas ce qu’est Discord. Et c’est un endroit terrible pour construire une communauté.

Joanna : Et même pas ça, c’est comme si je n’avais pas rejoint le Discord avant les six dernières semaines, même si j’avais déjà acheté quelques jetons parce que je me disais : — Je n’ai pas besoin d’un autre truc dans ma vie.

J : Oui.

Joanna : Je ne veux pas avoir une autre chose à vérifier, comme, je ne veux vraiment pas. Et je pense que c’est ce que les gens ressentent, même si le côté technique ne les dérange pas, ils sont comme, "Je ne veux pas quelque chose d’autre". Et donc, je pense que c’est intéressant.

Je vais faire un clin d’œil à Cryptoversal Books et je vais mettre un lien dans les notes du spectacle, ils ont un groupe Facebook pour Cryptoversal. Maintenant, ils sont une nouvelle plate-forme. Ils sont en train de voir ce qu’ils veulent faire, mais bravo à eux pour avoir lancé un groupe Facebook et invité à la discussion, et partagé des choses, et répondu aux questions.

Je vais donc mettre un lien vers ce site dans mes notes, car je fais partie de ce groupe. En fait, je l’apprécie plus que le Discord parce que j’ai l’impression de savoir comment utiliser un groupe Facebook. Alors que sur le Discord, j’y vais et c’est comme, ’Oh,’ je n’aime pas ça. Donc je pense que vous avez raison. Je pense que ça va être difficile.

Si tout cela est si passionnant, pourquoi les gens sont-ils toujours aussi négatifs à l’égard des NFT et de la blockchain ? Quelle résistance constatez-vous dans votre communauté, et que pouvons-nous faire à ce sujet ?

J : De mon point de vue, je pense que c’est juste une bonne vieille peur. Je ne pense pas que ce soit plus compliqué que ça, vous savez.

Les gens ne comprennent pas la terminologie. Ils ne comprennent pas nécessairement la technologie, je ne comprends toujours pas comment fonctionne la crypto-monnaie, et comme l’écriture sur le bloc, et la preuve d’enjeu, je ne comprends pas tout ça non plus.

Mais il y a une inquiétude légitime et valide que, comme, je ne comprends pas ça et qu’en deux clics de bouton, je pourrais finir par perdre tout cet argent. Les médias diffusent des histoires de personnes qui ont perdu leur phrase d’amorçage pour leur portefeuille, ou un tel ou un tel a été piraté et a volé un nombre X de bitcoins. Ce n’est pas différent de ce qui se passe en fiat, dans le monde bancaire normal et en ligne, mais c’est effrayant.

Et je pense que jusqu’à ce qu’il y ait des endroits où cette infrastructure Web 3 est invisible, et les gens sont juste dessus, un peu comme PayPal. Je ne sais pas si vous vous rappelez quand la banque en ligne a commencé à devenir une chose. Encore une fois, c’était au début ou au milieu des années 2000. Tous les mêmes arguments étaient là. Quelqu’un va s’introduire dans mon compte, il va prendre tout mon argent, je n’achète jamais rien en ligne, quelqu’un va voler mon numéro de carte de crédit". Et maintenant, nous effectuons tous des transactions en ligne sans y réfléchir à deux fois. Je pense donc que nous allons finir par y arriver, mais ce sont les mêmes craintes fondamentales que j’entends aujourd’hui et que j’entendais il y a 20 ans.

Joanna : Je suis tout à fait d’accord. Et je pense aussi que les gardiens, les contrôleurs, sont investis dans les anciennes méthodes. Pour en revenir à Royal, j’imagine que certaines personnes ne sont pas très heureuses que Royal se mette en place, parce que si les musiciens vont directement à Royal, essentiellement en crowdfunding et en partageant leurs royalties, je veux dire, ça élimine un sacré paquet de gens dans la chaîne d’approvisionnement de la musique aux fans.

Et la même chose se produira avec les livres. Et évidemment, nous avons vu une étape de cela avec l’édition indépendante. Mais la désinformation que nous voyons sur les indépendants, et vous savez, chers auditeurs, je suis sûr que vous avez vu la désinformation, je la reçois encore tout le temps. Comme : "Oh, tous les livres autoédités sont de la merde. Ils sont tous vraiment terribles et de mauvaise qualité. Je veux dire, nous recevons encore ce genre de choses après, quoi, 15 ans ?

J : Oui.

Joanna : Et c’est comme, oui, mais vous savez quoi, si c’est l’histoire que vous voulez croire, alors c’est très bien. Tu n’as pas à faire quoi que ce soit à ce sujet.

Et j’ai l’impression que ce domaine, si vous passez un peu de temps à l’approfondir, et comme nous l’avons dit, j’espère que nous aurons une autre conversation dans quelques mois ou quelque chose comme ça, et nous continuerons à en parler, et j’espère que nous pourrons faire la lumière sur ce sujet.

Nous devons revenir sur les préoccupations environnementales, car je l’ai déjà promis. Les gens disent toujours : — Oh, mais les NFT et la blockchain détruisent la planète. Alors quelle est ta réponse ?

J : Alors arrêtez d’utiliser le courrier électronique. Parce que l’email utilise beaucoup plus de ressources que la crypto. C’est une réponse un peu désinvolte et je ne veux pas être facétieux avec ça.

Mais en toute honnêteté, oui, il y a des préoccupations concernant les impacts environnementaux. Elles sont réelles. C’est surtout sur Ethereum. Il y a beaucoup, beaucoup de personnes intelligentes qui travaillent dur pour résoudre ce problème.

La consommation d’énergie d’Ethereum va baisser de 99,95 %.

Nous avons des blockchains comme Solana, Tezos et Avalanche qui auront des frais de gaz très faibles, voire nuls. Je pense donc que c’est un problème qui va disparaître, et cela ne devrait pas être quelque chose qui vous empêche d’en apprendre davantage maintenant.

Comme je l’ai dit, vous pourriez prendre n’importe quelle tranche de la vie moderne, et vous pourriez trouver un impact environnemental flagrant de n’importe quoi, que ce soit le streaming en ligne, le courrier électronique ou les médias sociaux, si vous faites le compte, l’impact environnemental de tous ces éléments, je pense qu’ils seraient beaucoup plus importants que la crypto.

Joanna : Et comme vous l’avez dit, il y a de nouvelles blockchains qui ont une structure différente qui consomme moins d’énergie, mais aussi Ethereum qui cherche à se redessiner pour avoir une empreinte carbone moins importante.

Je pense donc que les gens essaient vraiment de résoudre tous les problèmes d’impact environnemental, pas seulement avec la blockchain, mais avec tout ce que nous faisons. Si vous faites quelques recherches sur les préoccupations environnementales et la blockchain, vous trouverez de nombreuses informations détaillées sur la façon dont les choses vont changer.

Si les auditeurs veulent prendre des mesures à partir de cela, que leur conseilles-tu ?

J : L’action minimale que je conseillerais serait de cliquer sur certains des liens dans tes notes d’émission, et de commencer à jeter un coup d’œil à certains de ces sites Web et marchés. Il suffit de les lire, de regarder ce qu’ils contiennent et de se familiariser avec ce qu’ils sont et ce qu’ils offrent.

Et si vous voulez faire un petit pas de plus, ce n’est peut-être pas un petit pas, mais achetez un NFT. Je pense que vous apprendrez beaucoup sur ce qu’ils sont, sur la valeur perçue et sur les communautés qui peuvent les accompagner si vous en achetez un. Donc si vous avez l’intention de créer votre propre NFT, alors en acheter un serait certainement une bonne chose à faire.

Joanna : Vous pouvez aussi, sur les médias sociaux, jeter un coup d’œil à certains hashtags. Par exemple, sur Instagram, je suis #darkNFT. Évidemment, c’est ce que je ferais ! Et il y a des œuvres d’art incroyables qui sont créées. Et je veux dire, oui, c’est de l’art visuel. Mais Instagram est une plateforme visuelle.

Alors ce que vous pouvez faire, c’est cliquer pour créer des sites web et voir ce que les gens font.

Nous sommes des créateurs, nous créons de la propriété intellectuelle, nous la cédons sous licence et nous en faisons profiter les lecteurs. Mais nous gagnons aussi notre vie et nous avons une entreprise. Nous considérons donc tous les deux que c’est la prochaine étape, la prochaine étape de ce qui est une période très, très excitante.

Et je suppose que pour en revenir à ce dont nous avons parlé, est-ce que c’est comme en 1997 ? Eh bien, l’Internet n’est pas devenu le commerce électronique et tout ce que nous faisons en 1997. Ce n’était même pas en 2007. Je pense à 2007 quand l’iPhone a été lancé et quand le Kindle a été lancé.

Et ça a pris au moins cinq ans de plus. Donc 2012, définitivement les choses commençaient à démarrer. C’est vraiment à ce moment-là que les premiers livres électroniques sont apparus. En 2014, le podcasting a commencé à rapporter beaucoup d’argent. Et j’ai évidemment commencé en 2009. J’ai l’impression que ces choses prennent parfois une décennie. Mais rappelez-vous, ce n’est pas la première année de la blockchain. J et moi, étonnamment, ne sommes pas à l’avant-garde de la blockchain !

J : Non. J’ai écouté le podcast de Kevin Rose aujourd’hui, et son invité parlait du "bon vieux temps" de la blockchain en 2018. Et je me suis dit : — Wow, ça va vite.

Joanna : Eh bien, oui. Donc en fait, Simon-Pierre de Bookchain a parlé de cela, c’est que son business plan était toujours une décennie. Et je pense qu’il a commencé en 2015. Donc il le voit vraiment à une sorte de 2025 comme quand cela devient comme, totalement mainstream. Un peu comme... vous avez mentionné PayPal. Comme PayPal, nous n’avions pas PayPal en 2007, non ? Mais nous...

J : Non, je ne pense pas.

Joanna : Eh bien, je ne pense pas que je l’ai fait. Mais ensuite en 2017, nous avons tous fait des choses avec PayPal. Et vous et moi nous payons les uns les autres avec PayPal. Donc je veux dire, c’est la chose, je veux dire, en termes de ce que je pense l’action, la même que vous, est d’écouter des choses, écouter des podcasts. J’ai jeté un coup d’œil à certains livres, et ils sont périmés en cinq minutes.

J : Ouais. Il y en a peut-être un que je recommanderais. The NFT Handbook : How to Create, Sell and Buy Non-Fungible Tokens par Matt Fortnow et Terry QuHarrison. Il y a beaucoup de choses utiles là-dedans parce que c’est plus sur les aspects comportementaux du rôle de NFT que sur les aspects techniques.

Joanna : Ok. C’est très bien. Merci. Bon, où peut-on te trouver, ainsi que vos livres et tout ce que tu fais en ligne ?

J : Oui. Le plus simple est d’aller sur theauthorlife.com.

Joanna : Génial. Merci beaucoup pour ton temps, J.

J : Merci de me recevoir, Joanna.

Joanna : Bien. Stop.<.blockquote>
autres billets de cette rubrique
haut de page ou accueil du site

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 4 février 2022
merci aux 781 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page