progression #7 | variations sur paysage, Julien Gracq

les cycles ateliers d’écriture de Tiers Livre



 

#7, variations sur paysage, Julien Gracq


Ce sur quoi insiste cette vidéo :

 après son refus du Goncourt pour Le rivage des Syrtes, Gracq quitte la forme roman, et inaugure avec Lettrines 2, beaucoup plus résolument que dans le premier Lettrines, ce qui sera son territoire définitif, incluant En lisant en écrivant ou La forme d’une ville, ou les 2 textes brefs mais exceptionnels que sont La presqu’île et Les eaux étroites : au plus près des cahiers qu’il assemble (légués à sa mort à la BNF, mais dont nous n’avons connaissance qu’une très petite partie), un assemblage composite avec des réflexions sur la littérature, des incises autobiographiques, et surtout une démarche continue d’appropriation du paysage par l’écriture ;

 c’est particulièrement sensible, dans Lettrines 2, dans les deux ensembles (sans marqueur de chapitre, je suppose pour coller là encore à la continuité de ses cahiers) : le voyage en Amérique de 1971 (l’avion, Montréal, puis Chicago, New York, Madison Wisconsin et à nouveau New York...), et cette suite de 9 textes intitulée Marines — voir extraits dans le dossier habituel —, où ce qui s’écrit c’est la mer, heures et occurrences variables depuis la baie vitrée de son petit studio en étage du bâtiment tout béton, à Sion-sur-Mer, studio où il vient à chaque vacances scolaires ;

 donc un dispositif, comme les anciennes camera obscura de la Renaissance : le texte devient mentalement représentation visuelle du paysage encadré par ce dispositif, sans nul besoin de narrateur d’ailleurs ;

 rien d’intime ou privé qui s’écrive, donc, puisqu’il s’agit rigoureusement du paysage, nous autorisant le risque de se saisir d’un point spatial d’importance majeure pour nous-mêmes, et aussitôt d’en décrypter les récurrences : au fil des années comme dans Les eaux étroites, ou variations dans une seule année, une seule saison voire une journée ? — et merci de ne pas oublier la nuit, une des 5 variations demandées pourrait être nocturne...

 penser évidemment qu’un paysage n’est pas vide, et qu’un paysage est aussi sonore...

 en prolongement donc de l’exercice précédent à partir du Journal de Franz Kafka, cette fois un et un seul paysage, un et un seul dispositif, mais sa variation dans le temps, comme Proust aussi l’a pratiqué notamment pour son célèbre passage des poiriers en fleurs.

 


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 1er août 2021
merci aux 956 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page