pousser la langue #6 | il.elle fenêtre, vue sur monde avec cadre (et Raymond Bozier)

cycle pousser la langue


Non pas la fenêtre en ce qu’elle définit un cadre à découper en 2D des fragments de réel, ceux qu’on a devant soi ou ceux que mémoriellement on porte, mais parce que cette surface transparente est doublement réfléchissante : c’est vous que le paysage regarde, et vous-même que vous cherchez en regardant. Débusquer alors ces fenêtres au présent ou ces fenêtres-mémoire, c’est ouvrir la place à la méditation réflexive sur soi-même. Et merci que touit soit à la troisième personne du singulier, toute la potentialité narrative ou fictionnelle en viendra.

- rappel : dans les fiches de l’espace abonné, l’extrait « Fenêtres sur le monde », de Raymond Bozier.

- la vidéo se suffit à elle-même, mais chaque proposition dispose d’une fiche d’appui avec extraits imprimables, voir notre pass une fois pour toutes.

- à vous de parcourir librement ce cycle, mais la possibilité de bifurquer vers d’autres cycles thématiques plus spécifiques (commencer, lieux, personnages, recherches sur la nouvelle, écrire la ville, vers un écrire film...).

- usez bien sûr librement de ces propositions, pour vous ou dans les ateliers que vous animez... mais l’étape suivante, pensez à nos ateliers individuels pilotés, pour une progression personnalisée en dialogue permanent.

- retour sommaire cycle pousser la langue

LES MOTS-CLÉS :

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 9 juin 2019
merci aux 78 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page