unending stories #357

« Comme des nappes de différents soi-même...


précédente _ règle du jeu _ suivante

Comme des nappes de différents soi-même. On jouait à ça enfant : un qui se couchait à plat ventre par dessus, puis un autre et encore un autre, à une dizaine celui du dessous criait grâce ou bien ça s’effondrait tout seul dans les rires. Mais là tu aurais été toutes ces nappes à la fois, à toi tout seul tous les toi-même empilés. Ça s’effrondrera quant. Tu crieras grâce quand. Tu voudrais tellement changer ce qui se passe dans celui de la nappe juste en dessous, juste au-dessus, ou celui de tout en haut, ou celui de tout en bas. Mais tu es où, toi, là-dedans, puisqu’un seul qui fait toutes les couches, toutes les strates, toutes les nappes. Alors tu te bats dans ces plats de toi-même. Seule certitude : tu es allongé sur un sol froid et dur, et sur toi ça pèse, ça comprime, mais ça comprime aussi sous toi, tu n’as aucun moment possible, quand on étouffe – qu’on meurt parce qu’on étouffe – ça doit être ça en gros. Il faudrait changer, changer quelque chose en toi. Trouver le verrou qui te ferait traverser toutes les nappes. Et non. Au lieu de ça, quoi.


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 10 juillet 2017
merci aux 203 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page