14.06.16 | de la raison d’enterrer des bras gauches

curieuse découverte lors d’une fouille de sauvetage ) Bergheim (Alsace – source : Le Monde


série science remix : le sommaire, ou au hasard :
13.09.13 | avions à voyager debout

1 _ COMPRESSION

Lors d’une fouille de sauvetage avant construction d’un hypermarché en zone péri-urbaine, on a exhumé dans d’anciens silos à usage de tombes collectives un fait réellement surprenant et curieux, daté de 4000 ans avant notre ère : autour du mort (et tué de mort violente) déposé assis en position foetale, une suite de bras gauches grossièrement sciés, et probablement sur des gens vivants.

 

2 _ RENVERSE

Toutes les hypothèses pouvaient être examinées pour expliquer cet étrange rituel – elles n’en restaient pas moins des hypothèses de notre cerveau moderne, et donc inadaptées. Force symbolique attribuée au bras gauche de guerriers du clan, et on les emportait dans la tombe avec soi. Ou vengeance sur ceux qui avaient été néfastes au mort, et on les emportait comme trophées. Ou imaginer, dans la grande nuit du fond des âges, les guerres et les meurtres, qu’une armée de bras gauches opérant seuls auraient été la figure ou l’être même de ces ennemis : on connaissait d’autres prouesses sorcières pour changer nos apparences en monstres effrayants. Serions-nous si différents aujourd’hui, nous servons-nous dans nos guerres de quoi que ce soit d’autre qu’une bouche avec des yeux, un appendice sur une machine ? Un bras dans la tombe, le reste aux cannibales : on gardait le bras on mangeait le reste, les yeux les c... y compris, la tripe aux chiens. C’était fréquent chez nos ancêtres à l’époque, et bien logique qu’en ce lieu ce soit un supermarché qu’on construise.

 

3 _ SOURCE


- LE MONDE, DANS LES PAS DES ARCHÉOLOGUES, ET FRANCE CULTURE

LES MOTS-CLÉS :

françois bon © Tiers Livre Éditeur, tous droits réservés
1ère mise en ligne et dernière modification le 16 juin 2014
merci aux 1915 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page