fictions du corps | Nouvelles notes sur ce fameux prestidigitateur

pour en finir avec la vie joyeuse, 28


sommaire général _ précédent _ suivant

 

Un des exercices qui rendit si fameux ce prestidigitateur était celui-ci :

il était devant vous, sur scène, seul et en pleine lumière, et sans accessoire ;

alors, se touchant le bras gauche depuis la main droite, le bras gauche disparaissait ;

ensuite, se touchant l’épaule droite de son menton, le bras droit disparaissait ;

ensuite, levant le genou droit, la jambe droite disparaissait ;

puis, poussant le bout du pied gauche, se supprimait la jambe gauche ;

enfin, agitant transversalement le ventre, le tronc s’effaçait ;

il jouait un instant avec le public, fasciné littéralement par cette tête suspendue, dont le bon sourire s’accentuait – par exemple, roulant des yeux, il faisait semblant avec la bouche d’aspirer des bulles de savon ou autres corps invisibles à proximité, puis la tête disparaissait elle-même ;

l’instant, qui aurait pu prêter à confusion, ne durait pas si longtemps, confrontant les spectateurs à une scène vide : on le retrouvait parmi eux, les spectateurs, émergeant du fond des rangs de fauteuil, saluant tandis qu’ils applaudissaient à tout rompre, bondissant souplement vers la scène pour d’autres exercices.


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 31 janvier 2014
merci aux 369 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page