14.01.06 | implants pour la mémoire

de l’interaction machine cerveau, un vieux rêve – source : PR Newswire


série science remix : le sommaire, ou au hasard :
13.09.21 | sur le gloppy blobfish encore

1 _ COMPRESSION

Au niveau du rat c’était une avancée considérable : oui, le rat drogué avait oublié. Et ce qu’il avait oublié, un minuscule dispositif électronique relié à un implant à échelle de son cerveau avait pu en capter la configuration dans l’activité cérébrale, puis, lorsqu’on le lui réappliquait, lui permettait de se réapproprier ce petit coin de mémoire – sans même s’en apercevoir d’ailleurs. C’était peu, c’était formidable. N’en avait-on fait, de ces rêves où la machine transplantait d’un homme à l’autre ce mystère que nous sommes à nous-mêmes. Si ça marchait sur le rat, ça marcherait sur le cochon et donc sur l’homme. Les objectifs étaient nobles : soigner les pertes de mémoire, contrer la dégénérescence. Il y avait encore beaucoup de chemin, mais on tenait le bon bout : le principe élémentaire était prouvé comme réalisable.

 

2 _ RENVERSE

N’en avait-on fait, de ces rêves où la machine commandait à l’homme, ou bien qu’on transportait un homme dans un autre. On n’en était pas là. Et personne ne le souhaitait : on n’allait pas priver d’ailleurs la science-fiction d’un si beau thème. L’enjeu c’était de se reproduire soi-même. On avait déjà créé une société pour en développer les applications. L’implant, on le simplifierait : miniaturisation de couches souples sensibles à amplification granulaire de nano-électricité localisée. Il envoyait des cartes, qu’on traitait. Quand vous étiez devenu une carte, tout devenait possible : s’archiver une fois par semaine et puis, à volonté, revenir se parcourir – on ne voyageait pas dans le temps passé, mais l’illusion en était complète, confortable. Évidemment, en cas de pépin, se recharger à soi-même : lendemains de cuite, passage d’examens, un petit shoot cumulatif à tout ce que vous appreniez une fois par semaine. Mais l’inverse, aussi : on avait enfin la possibilité de tout oublier. Ne pensez à rien, laissez-vous aller, puis enregistrez. Implant vide. Vous avez des soucis, le monde vous semble noir, la vie lourde : cliquez sur « recharger implant vide ». L’humanité enfin, libérée de porter sa propre pensée, devenait une humanité légère.

 

3 _ SOURCE


- BLACKLISTEDNEWS

- PRNEWSWIRE

- WIKISTRIKE


françois bon © Tiers Livre Éditeur, tous droits réservés
1ère mise en ligne et dernière modification le 6 janvier 2014
merci aux 1233 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page