13.09.08| de si la mouche pense en couleur

de la détection du mouvement dans le cerveau de la mouche – source : M.I.T.


1 _ COMPRESSION

De quel couleur est le cerveau de la mouche ? Cette carte partielle du cerveau de la mouche, établie sur 379 neurones et 6 837 synapses, est ce par quoi elle perçoit visuellement le mouvement, et ce que nous anéantissons du plat de la main lorsque nous l’écrasons sur le rideau, où précisément elle ne le distinguait pas. L’usage de molécules fluorescentes permet de différencier ces activités, et même la direction des flux d’information dans les neurones. Dans l’espace réduit du cerveau de la mouche, les scientifiques ont pour cela virtuellement isolé 20 000 tranches horizontales, transformé chacune en image qu’ils ont ensuite réassemblées. La mouche est une merveille de la pensée, la même que celle du tigre qui bondit.

 

2 _ RENVERSE

Nous saurions nous aussi découper en milliers de tranches horizontales telle portion spécialisée de notre cerveau, et aurions absorbé ces molécules fluorescentes. On les verrait s’activer en chaque instant de la pensée : fluorescences dans les yeux qui te regardent, fluorescences au bout des doigts qui te touchent, fluorescences de l’effort, de la colère, lueurs plus ternes de la fatigue et de la résignation. Et puis, sur son tee-shirt, chacun arborerait fièrement cette image colorée de ce qui distingue aussi bien son cerveau que son corps : l’aptitude à percevoir un mouvement, certainement. Mais à écouter ou jouer une musique au violon, à tordre une phrase selon les harmoniques impaires, à faire confiance ou être bon vendeur, et ainsi de suite. Nous serions enfin devenus des êtres visibles.

 

3 _ SOURCE

source


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 8 septembre 2013
merci aux 181 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page