#vasesco | Chez Jeanne, no death

échanger sur la guitare avec une libraire ?


Voici la présentation de la Librairie Chez Jeanne sur son site :

je revends des livres dont leurs lecteurs ne veulent plus.pas. je revends des titres qui n’intéressent pas.plus les "propriétaires".
il se peut que lectrice.lecteur soit décédé(e) sans "transmettre" la saveur de #lire. il se peut qu’on grandisse et passe à d’autres choix (livresques ou non). il se peut aussi qu’on ait besoin d’avoirs pour de nouvelles lectures..
(dernière option : ma préférée s’il fallait choisir...)
ou d’agrémenter son pouvoir d’achat.
je revends des livres oui. leur préférant une seconde lecture qu’une décharge brûlante.

Nous échangeons depuis longtemps, pas facile l’aventure du libraire. Elle avait aussi eu l’audace de proposer la consultation de publie.net sur un ordi à disposition des clients dans la librairie.

Pour ce vase communicant, nous étions dans l’idée de partir d’une musique – musique commune, ou toutes les musiques que chacun nous sommes ? Nous avons fait une sorte d’échange, juste l’idée guitare et voix, et juste l’idée d’une découverte récente et troublante. Alors j’ai écrit sur Fink qu’elle m’a proposé, et que je m’en veux de ne pas avoir croisé plus tôt, et voici son texte sur une chanson de Mirel Wagner, probablement venue à moi via KMS...

Très heureux donc d’être accueilli chez Jeanne pour mon En écoutant Fink qui n’a pas pris le chemin prévu, m’a plutôt ramené près de mon Autobio des objets.

FB

Ce mois d’octobre, en leur 4ème année d’existence, 21 échanges annoncés, soit 42 blogs mobilisés pour ce livre numérique qui se déploie mensuellement, chaque fois tout neuf. Et merci renouvelé à Brigitte Célérier pour infatigable et généreuse coordination, tout le programme est au rendez-vous des vases.

 

 

nous nous sommes accordés sur deux sons. je prends no death de Mirel Wagner dans les oreilles.
et ça ramène à kill bill et à ce jeu sur twitter « 4 mots un mort ».
ces jours de jeu, Morgane ma cousine, Morgane soeur, Morgane mère.
nous sommes peuplés de souvenirs.
sans mort.

quels étonnants sont
nos morts nos souvenirs nos vies
sans regret.

(on part parfois d’un son, d’un leitmotiv..
et

nous suivons.)

j’ai commis ça.
écrire sous l’influence d’un son, d’une voix.
écrire
comme on boxe.
en rythme
incertain quand on chancelle
.sans rage ni espace.
vague sur l’abîme
toi
nez à la fenêtre
face à tempête

on prend le son dans la tronche
on se lève au matin pour,
on sort de chez soi,
on prend le train no death en tête

— apprécier le bleu du jour naissant et lumière d’automne

— on prend le son on le garde en soi
on le retrouve le quitte no death
et ces gamins autour — bruyants — sortie scolaire

no death

laissez
entendre.
laissez. aller.
le son.
vous accompagner.

vous verserez bien quelques souvenirs.

 

LES MOTS-CLÉS :

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 4 octobre 2013
merci aux 912 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page