Fontevraud | la maman rien

à l’abbaye de Fontevraud, Claude Ponti avec les enfants du foyer des Tourelles


Kenzo est d’une étonnante présence dans la dynamique du groupe. Dense travail, attention complexe, grande compréhension des consignes et directives. Et c’est le chef de la distribution des bonbons, accessoirement (oh, ce dilemme, la première semaine, un petit sachet de Haribo dans chaque main pour offrir, mais du coup impossible de se servir soi-même !).

Dans le début de l’atelier, on s’est habitué – pas qu’avec les petits, à une phase où c’est taper cogner l’argile qui compte, ébranlant les tables et les vieilles voûtes. Il faut préparer la terre, la battre, ça c’est sûr. Mais quand vous entendez, après un coup de marteau violemment appliqué, qui a fait tout trembler, et a déchiré la terre de son empreinte, une petite voix de douze ans dire, pour elle seule : « Ça, c’est le juge », évidemment ça prend une autre dimension.

Certains complètent le projet initial. Cette quatrième séance, on constate que plusieurs recommencent un projet, mais à échelle plus grande.

Plusieurs fois j’ai témoigné mon intérêt pour ces galettes de terre où le marteau dessine d’étranges villes. Kenzo en construit une. Il la construit vraiment : savamment, longtemps.

Il dit lui-même, au bout, que c’est fini.

Quand je viens photographier, je lui demande ce que c’est. Sa réponse est immédiate, nette, structurée, claire :

– C’est une maman. Une maman rien.


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 29 avril 2012
merci aux 376 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page