[Jean-Patrice Courtois au Livre à Tours]

à propos de la parution de "Jungles plates"


La librairie Le Livre à Tours vous convie le jeudi 25 mars 2010 à 20 heures

à une rencontre/lecture avec Jean-Patrice Courtois à l’occasion de la parution de son dernier livre Les jungles plates (Editions Nous) :

Piquer des roses dans les oreilles, c’est conjuguer chapeau, mathématique et moindre pâleur. Composer avec la divergence, c’est autre chose. Ça peut faire apparaître qu’on est moins intelligent que son stylo, qu’on fait l’inverse pour voir ce que ça donne, qu’on apparaît comme un intervalle libre. On sait, relativement au temps, que quelqu’un qui met son chapeau et sort rend le mot « sorti » dans « il est sorti » incompréhensible. La dissonance, ce n’est que l’aurore. Le hasard des hypothèses ne fait pas toujours bien les choses. Mais l’inexplicable nous est agréable et nous voyons la forêt qui marche à reculons.

Vite, vite, il est temps d’écrire tout cela sur papier permanent.

Ce livre résulte d’un travail de dix ans et se présente avec l’allure d’une rupture apparente, déclarative et forte. Il se constitue de cinq parties, toutes écrites dans une forme explicitement différente, en même temps que chacune des parties propose une écriture elle-même différente de celle que JPC a pratiquée jusqu’ici dans les quatre précédents livres qui, eux-mêmes, changeaient de registre, de vocabulaire et d’expression, mais à l’intérieur d’une identité de postulation que les livres modifiaient en dérivant. Les Jungles plates résultent d’une longue immersion qui a permis la production non programmée des cinq formes différentes. Le livre relève ainsi d’une identification des formes et de ce qui pouvait les faire tenir ensemble, autant que de l’exploration de divers mondes.
Les titres des parties sont en rapport avec une pratique d’art non verbal (Mobiles, Emballages), un « hommage » ultraspécifique à des poètes et philosophes russes (Obériou), avec des dialogues de personnages qui ne parlent pas (Chapeaux) ou avec un atterrissage-freinage paradoxal (Diversions). Les connexions souterraines ne sont pas des hallucinations. Livre-monde, si on veut, parce que l’élargissement des références, des adresses et des phrases le constitue tel pour faire face au monde « comme il va » et à sa puissance de sidération, prégnante et infantile, efficace et atroce. Il s’agit de pensée sans philosophie et de description sans tableaux. Monde, es-tu là ? Mais « où » là ? Reconnaissez vous vous-mêmes pour lire et lisez pour envisager de reconnaître, pourrait être l’avertissement liminaire s’il y en avait un. Mais il n’y a en a pas. Il y a juste une phrase qui se modifie entre les parties pour réfléchir et rire à la bonne distance.
On reconnaîtra nombre de tons dans le livre, on apercevra de l’historique, du politique, des sciences, de l’art, du terrible et du comique, des après-coups (c’est-à-dire des poèmes qui se sont eux-mêmes identifiés après avoir été écrits - comme liés à ce dont ils sont l’après-coup et le désignant) et on ne décryptera pas ce qui ne peut l’être. Cela n’a pas d’importance car tout, dans l’énigme, est dit clairement. La « poésie » se déplace comme il y a des personnes déplacées : elle témoigne de ce mouvement. Que la langue soit dure à la tâche et apte à supporter les taches. Faire réapparaître le monde. La longueur du livre fait partie de cette réapparition sans description.

Jean-Patrice Courtois est né à Viroflay en 1954.
Le poème est un discours. La minuscule de l’impossible, le vide comme site psychique,
le propre à nous happer. Et l’inverse. Les deux premiers livres de sa bibliothèque :
l’Inferno de Dante et The Rime of the Ancient Mariner de Coleridge.
Il enseigne la littérature des Lumières.

Sur Les Jungles plates, lire :
- entretien avec Emmanuel Laugier dans Le Matricule des Anges, mars 2010.
- recension d’Antoine Emaz dans Poezibao (important)
- Laurent Albarracin chez Pierre Campion
- Jean-Patrice Courtois sur remue.net


responsable publication annoncez, informez sur tiers livre © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 20 mars 2010
merci aux 1237 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page