princes de l’Oulipo : Hervé Le Tellier

les TechnoFlops de la décennie, ou de la littérature appliquée aux utopies techniques


Je suis probablement de la poignée des plus anciens abonnés au monde.fr, qui a coïncidé avec l’arrivée de l’ADSL là où j’habitais alors, et je n’ai pas dû acheter beaucoup de quotidiens "papier" depuis. Si le temps passé à s’informer reste le même, si la demande faite à la presse, flux d’info oui, mais surtout flux réflexif et analytique, a même accentué l’ancienne spécifité demandée au quotidien papier – et si, bien sûr, via mon agrégateur netvibes, comme tout un chacun d’entre nous, je personnalise les sélections d’information qui me sont nécessaires (dans mon onglet "presse", Le Figaro littéraire et l’Humanité et Bibliobs plus exigeants que le Monde des Livres – la preuve, ils s’intéressent à ce que je fais –, le NouvelObs et Libé pour les faits de société, le NY Times pour la techno etc...), la lettre mail reçue chaque matin 8h (Fr) avec la compil du sommaire du Monde est un accompagnement encore plus nécessaire à l’étranger.

Mais ce qu’il y a de bien avec lemonde.fr, c’est le petit carré en haut à gauche, lieu de 1er ancrage de la lecture immédiate, confié en 160 caractères à Hervé Le Tellier, et ça gratte. Littérature ? Non, art du mot, en percussion directe avec fait de société. Mais si c’était de là que démarrait le premier état réflexif du langage, qui en fait littérature ?

Hervé Le Tellier est membre de l’Oulipo – voir Oulipo.net pour centrale de renseignement oulipienne (2 flux rss pour nouveaux textes et événements, dont les fameuses soirées BNF – plus pages oulipiens avec bio et biblio). Pour l’entendre et le voir, entretien avec Marcel Bénabou au 18ème étage de la BNF, en octobre 2008 (enchaînant avec Jacques Roubaud).

Ces 2 semaines de vacances traditionnelles, Le Tellier et Xavier Gorce ont proposé, en texte et dessin, 10 TechnoFlops. Evidemment, c’est juste pour rire. Mais façon Le Tellier/Gorce : on rit là où ça fait mal, le principe n’a pas beaucoup changé depuis Rabelais (il parle le Rabelais couramment, Le Tellier, j’ai vérifié).

Des 10, en voici 4 (s’il m’y autorise ? pourtant je proposerais bien l’ensemble en joli pdf !) – en crescendo, parce qu’aucun de nous pour être débarrassés des questions posées, notamment la dernière, et commentaires ou prolongements bienvenus.

Salut, Hervé, et merci !

 


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 5 janvier 2010
merci aux 2253 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page