Norwich, temps et lieux

labyrinthes productifs vers Sebald ou Borges


Aucune idée de qui est Norwich, sinon qu’en tout petit, en bas des billets Wordpress, il y a la signature Sébastien Chevalier.

Norwich, par contre, pas besoin d’enquête : c’est dans cette ville du Norfolk que W G Sebald était professeur. Et Sebald est une sorte de dénominateur commun entre nous, pour commencer à le lire, si vous avez encore la chance que ce soit le cas, et donc le découvrir, commencez par Vertiges, errances dans la vieille Europe sur les traces de Walser, Herbeck, Stendhal ou Kafka, le pays et les villes traitées comme déjà un livre, et la folie et la mort qui rôdent derrière les livres jamais loin. Et une fois pris le virus Sebald, allez voir Austerlitz.

Sebald est mort en 2001, arrêt du coeur, alors qu’il roulait en voiture. Oeuvre close. À nous de l’ouvrir sans lui. Toutes ces composantes mêlées, le réel et l’archive, l’imaginaire et les écrivains réels, les images qui se promènent à même la peau du texte.

Le site Norwich propose un dictionnaire Sebald, en fait un dictionnaire des lieux sebaldiens, et là Internet devient l’irremplaçable enquête pour descendre sous un ensemble précis de lignes, voir avec le boulevard Blanqui.

Mais aussi voyage dans la littérature à partir de Sebald. Aujourd’hui un très long article sur Borges et Kant, titre : Qu’est-ce qu’un livre. Mais on croise forcément aussi Stig Dagerman, ou l’ami Didi-Huberman, ou Peter Handke.

C’est avec de telles démarches, obstinées, concrètes, positionnant la lecture dans un référent neuf, et déployant avec les outils d’Internet ce que nous trouvons dans l’imaginaire du récit, et ce qui nous retient quoi qu’on en ait dans ce qu’on nomme littérature, que le contexte progressivement change.

Un immense merci très respectueux à Norwich pour ces explorations en partage.


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 24 octobre 2009
merci aux 980 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page