2020.02.20 | tunel à un seul n, Chambéry dans l’autre sens


précédent _ suivant

Il y a différentes fins de stage, certaines fois où on a tout porté, et d’autres fois où ce sont elles.eux, les participant.e.s, qui ont tiré la barque dans une direction imprévue. Si j’avais voulu aller vers le fantastique, je ne m’y serais pas pris comme cela — l’enquête documentaire proposée à partir du Dora Bruder de Modiano les a tou.te.s fait entrer dans un lieu de secret et les 17 textes construits tout au long de la journée du lendemain sont à la fois étranges et magnifiques. Tu gardes longtemps en tête les regards, les voix, les rires, pas souvent qu’on reçoit un cadeau pareil, merci les L2 de la fac de Lettres.

En tout cas hier soir j’étais à 19h30 à l’hôtel, j’avais apporté mon matériel vidéo mais pas la ressource intérieure, trop pompé, donc fait un peu de montage (le Cortazár pour dimanche prochain) et ce matin 5h45 me voilà à faire le même chemin qu’avant-hier à 21h45.

J’essaye de progresser dans les photos de nuit (c’est surtout là, dans le train, sur Lightroom), mais est-ce que c’est la même nuit, dans une aube sèche, jute avant que la ville s’ébroue, qu’à mon arrivée nuit mouillée de la ville qui s’endort ? Exprès je refais exactement certaines des photos prises dans l’autre sens.

Le petit coin aperçu du magasin du luthier, je ne l’avais pas vu. Mais cet immeuble avec traces noires et fenêtres bouchées de contreplaqué, est-ce que c’est la même photo maintenant qu’on t’a fait récit de l’incendie avec ce chien qui hurle et finalement périt sur un des balcons ?

Tu te dis que tu aurais aimé photographier ce que tu percevais des visages, mais ce n’était pas dans le contrat qui vous liait, c’est sans doute pour ça que tu photographies les gares et les rues vides.

Reste, jouxtant l’Ibis Budget où tout est la même place que dans tous les précédents Ibis Budget, ce tunel à un seul qui te promet aspiration à volonté et puis nettoyage intérieur, on a quand même eu autre rapport à la langue, là-haut, dans le stage et les rires.

 

 



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 20 février 2020
merci aux 170 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page