2019.07.05 | j’ai décidé de reprendre la photo


suivant

C’est totalement bizarre et arbitraire, cela fait exactement 2 ans jour pour jour que j’avais cessé ce « journal images », pourtant tenu en continu de 2005 à 2015.

Mais cela fait 3 ans que je n’avais pas fait une seule photo, hors ce que je propulse depuis l’iPhone sur Instagram, mais c’est plutôt –- selon la phrase de Stendhal en exergue -– un « miroir promené au bord du chemin ».

Avec la pratique grandissante de la vidéo, j’avais perdu le geste, les réglages, la temporalité et probablement surtout le regard même. Cela n’empêchait pas de suivre avec autant d’attention le travail des copains photographes, mais petit à petit cela se renversait en souffrance : la pulsion vidéo s’évide à se priver de l’image comme absolu. Le geste de vidéo c’est la décision de mise en place d’un récit, ça se construit depuis un autre ensemble.

Et, comme d’hab, je ne sais rien faire sans publication blog. Alors là, au début, ce sera totalement en mode roue libre j’ai juste besoin de réapprendre.

Je me suis organisé pour que ça se fasse en même temps que les vidéos, sur les mêmes lieux s’il faut, mais en réapprenant la dualité des gestes. Un besoin essentiel, et tant pis si ça met du temps, ou ne serve qu’à mieux interroger l’espace vidéo.

Pas de thème, pas d’astreinte, le plus quotidien possible. Peut-être moins d’Instagram, mais la reprise sur Instagram des photos en ligne ici. On verra bien (puisque c’est de voir qu’il s’agit). Besoin de ça pour travailler sur moi-même, ça concerne l’écriture aussi (ou bien : c’est de l’écriture, indémêlable de ce qui se joue via texte ou via vidéo).

Juste une prière (dédicace Franck S.).

FB

 



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 6 juillet 2019
merci aux 405 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages