journal | en son granit, monsieur Palante


Non pas Louis Guilloux, comme d’abord je l’ai cru – c’est ici que sont ses archives, mais un écrivain philosophe qui s’est battu pour l’athéisme en un temps où c’était mal vu, et qui fut dans le civil professeur de lycée quand l’écriture des livres c’était encore traditionnellement le fait de la bourgeoisie à rentes et non pas de ceux du peuple. Un écrivain ou un philosophe par contre, même un Balzac cent fois plus beau que Flaubert, c’est pas forcément classe à sculpter, quand on veut honorer sa binette. Il se trouve des exceptions – le masque mortuaire, en général, comme celui de Saint-John Perse. Dommage que cette pratique se perde, qu’on ne le fasse pas systématiquement : ce serait beau, la danse de tous leurs masques, à Sarraute, Duras, Simon, Beckett (ou tous quatre au Panthéon, tiens, avant qu’on ait l’idée de tout démolir pour agrandir le parking souterrain). Là, je mettais au clair les photos prises dans l’étonnante salle fonds ancien de Saint-Brieuc, la semaine dernière. Tout au fond, comme de ne pas oser l’enlever, mais de ne pas oser non plus le placer dans une zone accessible au public, cet hommage à Georges Palante, athée social, professeur de philosophie au lycée de Saint-Brieux et qui a influencé l’inventeur de Cripure. J’ai cru à une farce mais non, c’est bien son visage le plus fidèlement possible, dans du bon vrai granit de Bretagne. Le buste a été sculpté par Nicole et Antoine Orellana pour un colloque Palante de 1990 (merci Yvon Le Baut pour m’avoir remis sur rail). Il y a même un site Palalante pour compléter ce que nous en apprend Wikipedia. Respect.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 26 décembre 2013
merci aux 654 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • ah c’est bien, une nouvelle page justement je voulais mettre que :
    le 8/8/13 Frances Ha
    le 25/12/13 Le dernier des injustes
    le 19/07/13 Plein soleil
    le 23/12/13 Lunchbox
    le 18/12/13 A touch of sin
    le 04/10/13 Blue jasmine
    le 07/12/13 les garçons et guillaume à table
    le 24/08/13 Fedora
    le 30/11/13 The Immigrant
    le 01/09/13 Grand central
    le 22/11/13 Prisonersle 03/10/13 lancement saison hall de la chanson
    le 10/08/13 Maison de bambou
    le 30/10/13 Un château en Italie
    le 21/09/13 Jimmy P
    le 25/10/09 Huit et demi
    le 31/08/13 Yema
    le 01/09/13 le théorème de Nefertiti
    le 01/04/13 soleil froid
    le 19/06/13 Femme aimée est toujours jolie
    Quartet de Dustin Hoffman au Royal
    le 18/06/13 Miusique et cinéma10/04/13 Effets secondairtes
    le 18/05/13 Le passé
    le 11/05/13 Sous surveillance
    le 09/06/13 Shokuzai Oublier
    le 08/06/13 Shokuzai se souvenir
    le 27/04/13 Hannah Arendt
    le 05/05/13 Les nuits blanches (visconti)
    le 19/08/12 Zéro défaut
    le 19/02/12 la victime
    le 29/10/11 L’exercice de l’Etat
    le 28/04/12 L’insoumis
    le 25/07/13 Donoma
    le 05/11/11 Furie (Fritz Lang)le 21/02 Lisbonne
    le 25/05/13 Loins du Vietnam
    le 06/11/11 Les géants
    le 08/07/11 Omar m’a tuer
    le 23/10/11 La bocca del lupo
    le 22/04/11 Le temps de la revanchele 05/06/11 ... Paris
    le 18/11/10 Musée de Granville
    le 10/06/12 Margin Call
    le 25/02/12 Cookie’s Fortune
    le 05/03/11 The Hunter
    le 28/11/10 Les secrets derrière le mur
    le 26/02/12 La désintégration
    le 23/08/11 La fête du feu
    le 26/01/12 Au nom du peuple italien
    le 28/12/11 Un monde parfait
    le 10/09/11 La messe est finie
    le Royal n° 2351
    le 05/06/11 Minuit à Paris
    le 27/01/12 La folie Almayer
    le 28/01/12 Les Flambeurs
    le 14/01/12 TRafic 20 films/20 ansle 05/08/11 Voyez comme ils dansent
    le 15/02/12 Police sans arme

    Y’en a encore quelques uns.
    Recension des tickets qui se trouvent dans une petite boite sur le bureau

  • (c’était chouette, je me suis mis au lit vers onze, tranquille tel Baptiste-soit un peu niais tout de même- et c’est vers deux et demi que je me suis réveillé) (j’ai regardé trois trucs, puis j’ai lu, kawabata pour tout dire) j’ai fait tourner robin mckelle à cause du soleil de l’image (je me suis demandé un moment quelle était cette idée de poser les dates et films écrits sur les tickets, là) (c’est ke le boulot veut ça, sûrement : mais ce temps perdu, non ?) (remplir des papiers, faire des additions, interroger interroger interroger, à un moment, ça suffit non ?) (oui, mais loyer-assusrances-repas-livres-ciné et le reste, on fait comment baby ?) (j’ai mangé des biscuits, et j’ai pensé à mon grand-père-pas celui du ghetto familial de birkenau, non- l’autre, avec son pain beurre sel et poivre) (fait beau aujourd’hui, jte fiche mon billet)

  • À mon fils qui préférait rester à Paris vissé à son ordinateur et ses copains de jeux en réseau, j’ai tenté d’opposer le bien que ça pouvait faire quelques jours de voir la mer. Il m’a répondu rigolard, Ben pourquoi faire y a google map ?
    Alors lors de cette belle balade "au bord du soir" (avant 17 heures en fait, que les jours sont courts en la saison), j’ai pensé à lui, à ce plaisir profond que je n’avais pas su transmettre, parce que rien ne remplace d’y être, de se prendre le vent, les lumières, les embruns, le bruit.
    Là où je vais, ces plages face à Jersey, pour la plupart encore sauvages, préservées (mais pour combien de temps ?), la beauté nous laisse certains soirs stupéfaits. Comment faire, avant qu’il ne soit trop tard, pour la partager ?

    PS @PdB : Belle idée les tickets (mais où diable ai-je mis les miens ? (que je sais n’avoir pas jetés))

  • de jour, c’est pas mal non plus (là, il s’agit de la pause que je prends-quatre heure à peu près- (c’est l’heure pas le temps de la pause, pas confondre) je vais acheter une part de tarte aux pommes par exemple (2e) et je m’appuie à la rambarde du métro, j’attends que ça passe) (style, genre, mode : 10 minutes) (travailler a quelque chose d’assez épuisant quand même) (double variante parce que à présent on pourrait intituler la série "alim gle") (et de jour mais la variante simple vient juste après)
    PS : @ Gilda : merci... (il y a aussi des numéro d’ordre -CNC quand tu nous tiens-, ainsi que les salles -les quantièmes dans l’établissement- portées sur les tickets) (mais j’arrête à la date et au titre)

  • je me tire, je prends un coup de dur (ras le cake de les entendre et de les écouter-mais ils sont mignons quand même - et à noël fêtes jourdel’an ils sont tous très contents- ceux que je vois n’ont pas vraiment de problème-je veux dire de fric, ou de misère ou de difficultés pour joindre un bout à l’autre de l’année, c’est du diplômé pur sucre ingé ou pire magistrat ou autre) (je les connais bien, c’est moi qui pose les questions) (là c’est la nuit, en descendant l’escalier qui va au quai : c’est plus joli, mais c’est la même officine) (tenue par des noirs qui nettoient) (celles des beaux quartiers sont un peu plus tenues : on ne pose pas des cageots sur des caisses à vin retournées, ça ne se fait pas, ou alors si ça se fait, ça se cache : ici on a tenté l’habillage - bâche rayée vert et blanc- mais ça a dû aller comme ça)

  • dans la série "il n’y a pas qu’ici qu’on sait s’amuser" cette photographie parvenue de Venise où il semble faire assez beau (tous nos voeux à nos chers amis transalpins) (comme auraient dit Roger Couderc, Léon Zitrone et Raymond Marcillac réunis à Catherine Langeais et Anne-Marie Peysson) (sans oublier Jacqueline Huet) (parce que quand même) (auguri)

  • le transfert aux intercommunalités des compétences d’urbanisme, d’une minorité de blocage, composée de loi duflot des communes représentant au moins 10 % de la population. Les maires restent compétents pour la délivrance des permis de construire. la simulation loi duflot Ce transfert était vivement critiqué par les maires et les élus locaux qui constituent la majorité du collège électoral désignant les sénateurs.