2013.10.12 | Porcheville surgit, Porcheville passe


La centrale thermique surplombe la Seine depuis Flaubert (au moins). Elle m’impressionnait dès cette année 1978 où je la découvris, dans le train qui me menait à Vernon, où se fabriquaient les fusées Ariane. Je n’ai pas tant d’occasion de venir vers la Normandie, alors souvent c’est pas surprise que je l’aperçois, fière et toujours là, mais trop tard pour la photographier, et de toute façon ça va toujours trop vite. Depuis ces temps anciens, avec la Seine toute droite ici, plus ce surplomb, j’associe cette centrale à Flaubert, sans autre justification. Ou parce que lui aussi, dans sa constante route Rouen Paris, a vu ce paysage tel quel, même sans la centrale.

 



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 12 octobre 2013
merci aux 382 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page