journal | la cité U sans les mains


Pas de problème, quand t’es Français et que tu prends un train East Midlands à Saint-Pancras direction Leicester, tu penses au Agatha Christie Le train de 16h50. Et le soir, quand tu marches autour du campus dans les kilomètres de villas résidentiels dans l’espoir de trouver un rade qui vendre quelque chose à grignoter (finirai par trouver une station-service avec du pain de mie et truc à mettre dessus, plus du Nescafé), tu penses évidemment à tous ces livres lus avec maison anglaise dans la nuit. Mais ce matin ça me le fait encore : c’est plutôt du genre spartiate, juste la cité U, rez-de-chaussée, lit une place et grand tableau de liège vide avec punaises au-dessus, un papier prévenant que les robinets de la douche sont durailles à pousser (c’est vrai) et heureusement pour une fois j’ai pensé à l’adaptateur secteur. Mais ce qui trouble, c’est que jamais de poignée de porte : on appuie sur le bouton, ça s’ouvre tout seul. Pas de bouton pour la lumière : tu entres et tu bouges, ça s’allume tout seul, ça s’éteint quand tu repars. Je vous le dis : ça donne un côté irréel, qui ne me gênerait pas – sauf en Angleterre, à cause de tout ce que lu de livres anglais.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 5 septembre 2013
merci aux 218 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page