rue du poète en moi


Rue du poète, mais lequel ? Ou alors il y avait une autre plaque, et au moment de la changer ils ne se souvenaient plus duquel ? De toute façon l’impasse était pauvre, sentait fort, s’enfonçait vite dans l’ombre. Alors c’est la rue de tout le monde, la rue du poète qu’on porte chacun en soi. La maison moi est un peu comme ce rideau de fer en ruine, ça fait paupières écarquillées qu’on ne sait plus refermer, mais qui ne voient plus que cette pauvreté vide de la ville, celle qui ne se souvient plus de ses propres noms. Ce qui m’arrive souvent. La rue du poète en moi renvoie aux essais d’adolescence, à la découverte du surréalisme. Elle chante comme un vers de Tzara. Elle a eu des résurgences : je revois des pages noircies serré, avec la cassure du vers libre, même encore vers 1979, en Inde, au Népal, à Goa – tout ça éliminé plus tard. Je ne sais pas où serait en moi l’accès à ce qui se nomme poésie. Je ne sais même pas si j’aurais envie de le chercher. Je sais le poids de discipline, de rigueur, de lecture. Il me semble que l’écriture web, ce qui se passe ici, offre un autre luxe, d’empilements, strates, bifurcations et surtout le fait de raconter, ou celui encore plus étrange et puissant de ne pas regarder en arrière, d’accumuler sans avoir à se préoccuper de la trace-objet. La rue du poète en moi mène quand même à ce site – quand bien même c’est ceci, maintenant et ici, que j’écris.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 14 août 2012
merci aux 496 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • "Je ne sais pas où serait en moi l’accès à ce qui se nomme poésie" : la poésie est là, dans cette phrase par exemple : "La maison moi est un peu comme ce rideau de fer en ruine, ça fait paupières écarquillées qu’on ne sait plus refermer, mais qui ne voient plus que cette pauvreté vide de la ville, celle qui ne se souvient plus de ses propres noms"...
    C’est comme ces rues qu’on marche tellement, qu’on ne voit plus qu’on marche dessus/dedans. Ne cherche pas plus longtemps : même si tu ne trouves plus la porte, tu es entré dedans depuis longtemps.

  • Très beau texte, dessous la grille. Il me vient de dire que cette grille est "en ruché".....

  • La rue du poète en moi c’est celle que je traverse, en dehors des clous. Celle où je traîne mes pas, sans regarder mes pieds. Ou cette voie. Sans issue.

  • longtemps longtemps longtemps après que le poètes ont disparu...leurs chansons... courent encore dans les rues... Voilà pourquoi il est heureux d’apprendre qu’on puisse habiller d’oubli le nom de celui ou de celle qui redonne la langue au chat du quartier ou à une autre bouche universelle surmontée de coeur, d’esprit et de rêve sans limites. J’aime bien quand le nom des rues invite à la souvenance vaine sans légende immédiatement accessible. Cela oblige parfois à s’intéresser aux gens qui vivent là le temps d’un échange ou deux sans contrainte de sédentarité immédiate. L’image peut suffire mais ton texte est une halte plaisante pour ce matin férié de la rue du 15 Août. Quelqu’un parlait de toi à la radio cette semaine, et c’était en bien. Je n’ai pas retenu le nom de la rue de l’émission...

    Voir en ligne : http://la_cause_des_causeuses.typep...