brouette


Dimanche, à Damvix, photographié au passage – dans la motte à Fradin, toujours aussi bien tenue – cette brouette, une moderne, tôle d’acier zingué, mais la trace des mains qui s’est imprégnée sur le fer aux poignées. M’a remémoré texte sur une usine à brouettes du temps de La douceur dans l’abîme, page que je garde presque religieusement telle quelle dans mon site, mais je n’y retrouve pas le texte sur l’usine à brouettes. Le moteur de recherche du site me renvoie vers page sur les chantiers navals de l’Atlantique qui date de 2006 et où je la raconte, l’histoire de l’usine à brouettes du gars de Nancy. Le pire, c’est pas qu’un site soit aussi mal fichu que ça : c’est que, même mal fichu comme ça, il vaut encore mieux que soi-même pour le rangement et la mémoire.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 19 avril 2012
merci aux 363 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • on va partir quelques jours, ça fera du bien (probablement) (le ciel n’est pas avec nous mais tant pis, il viendra quand même) (ça travaille aussi sur les toits, on les plaint un peu avec ce temps de mars en avril) (vu "tu en peux pas imaginer", essayé de recoller les morceaux, continuer et continuer tout en s’opposant à ces deux abruties) (le trou financier se creuse imperturbablement...)

  • a voté (la belle affaire) (qu’il dégage putin) (mais à la place, la vache c’est pas simple) (je téléphone, elle me répond "c’est toi qui m’a apporté des fleurs ? comme c’est joli" oui, c’est moi, c’est un peu déchiré mais c’est comme ça)

    • c’est un homme de profil un homme à l’air grave et sensible, il porte glissé à son cou un œillet rouge , bien sûr on peut penser à Lisbonne des années 74 et sa révolution des mêmes fleurs, mais aujourd’hui seulement penser à sa déception mais aussi à son espoir ...

    • super OE poste 8 mois temps plein salaire correct -candidature coup de fil et - oui notre offre se réduit à peau de chagrin - c’est beau cette expression à peau de chagrin - passe de huit mois à trois de temps plein à 21 jours travaillés - bien et je fais quoi moi en mai - en mai urgence à retrouver du travail -