bananes de l’éducation nationale


J’ai dû acheter un appareil photo-numérique dès 2001, puisque je retrouve des images prises à l’IUFM Créteil au printemps de cette année-là, puis ensuite de façon plus ou moins intermittente, je devais m’en servir, mais n’ai pas dû sauvegarder comme il fallait. À l’IUFM Créteil, cette année-là, nous avions initié une option artistique à dominante écriture et c’était une belle et profonde expérience. Notamment parce que les étudiants du groupe, un jour par semaine, intervenaient dans des écoles primaires du Val-de-Marne, et pouvaient tenter eux-mêmes des exercices. À la fin de l’année, le directeur a fait savoir aux enseignants qui m’avaient accompagné – sic – que l’écriture c’était trop sérieux pour laisser ça à des artistes, fin de l’expérience, le vent ministériel avait changé. Donc, dans ces photos, le bananier de l’entrée. Oui, ça égayait. Maintenant, ils ont supprimé même les IUFM. Alors il est devenu quoi, le bananier ? Qui peut me dire ce qu’on a fait du bananier de l’IUFM Créteil, photographié ici en janvier 2001 ? Ou un caoutchouc, allez savoir, je m’y connais si peu en plantes, depuis qu’ils n’ont pas voulu de moi dans l’éducation nationale.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 12 août 2011
merci aux 448 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages