gare possible, contingente, impossible, nécessaire


En traversant la gare de Poitiers vendredi midi et empruntant la passerelle piétonne pour le centre-ville, si ce panneau m’a heurté c’est plutôt parce que moi-même n’avais pas encore rejoint le niveau de conscience ordinaire : prendre le train en plein midi, enfoncement perturbé dans bref sommeil, arriver pour l’atelier d’écriture à l’heure où les autres semaines on quitte la fac. Donc ce mot multimodal devenait vraiment une interrogation essentielle. « Les philosophes ont particulièrement remarqué les propositions qu’ils ont appelées modales, parce que l’affirmation ou la négation est modifiée par l’un de ces quatre modes : possible, contingent, impossible, nécessaire », Logique de Port-Royal, p. 191, dans POUGENS, voilà ce que dit mon cher Littré depuis le fond de mon Mac, d’où je l’appelle souvent. Qu’est-ce qui s’applique, là, à la gare SNCF de Poitiers ?



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 26 mars 2011
merci aux 306 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Ah ! passé Aristote et Port-Royal, tout un bestiaire de logiques modales s’est constitué : déontique, épistémique, …

    Pour ma part, je verrais la direction de la SNCF pencher parfois vers le déontique du permis, interdit, obligatoire, facultatif…

    Que penser de la RATP, par ailleurs ?

  • Semaine riche en lectures, en rencontres. Auđur Ava Olafsdottir ce samedi soir à l’Attrape-Cœurs et qui est passionnante à écouter. J’apprends. Elle nous raconte comment elle a pu tout concilier, au moment où son emploi la submergeait. Et je me dis d’oublier l’homme séduisant et d’écrire malgré tout et tant de choses à faire, comme elle, un chapitre par jour qui y réfléchissait à sa pause de déjeuner et l’écrivait le soir avant de se coucher.

    Ce que je faisais lorsque j’ai commencé, puis sont venus les coups durs, l’amie vitale volatilisée et par chagrin et épuisement une longue incapacité. Sauf sur l’internet qui est mon nid (douillet ?!).

    Voir en ligne : traces et trajets